4 conseils pour se fondre dans le décor

16/05/2017
1

Manger du riz à tous les repas

Le petit-déjeuner est essentiel et les Philippins utilisent des mots valises pour désigner les associations de plats consommés lors de ce repas copieux. Par exemple, kantamtuy (riz, tomates et poisson séché), pankaplog (brioche sucrée, café et œufs) ou silog (riz sauté à l’ail, viande et omelette), qui peut être agrémenté d’un hot-dog ou de poisson. Surprenant et varié ! Il existe même des restaurants spécialisés dans les petits déjeuners : les tapsihan. Ce festin matinal n’empêche pas de céder à l’appel du meryenda dans la matinée, en-cas à base de riz ou de porridge, rituel qui sera renouvelé l’après-midi. Finalement, ce sont les repas dits « principaux » qui sont les plus classiques : soupe, riz, légumes, viande, poisson, fruits … On l’aura compris, le riz est consommé à toutes les sauces !

2

Découvrir la ferveur catholique

Les Philippins sont majoritairement catholiques et pratiquent leur religion avec une très grande ferveur. Avant l’arrivée des Conquistadors, la population de l’archipel était animiste et ces croyances ancestrales affleurent encore à travers superstitions et tabous ou recours à la magie pour se soigner mais ce sont les fêtes et les pèlerinages chrétiens qui rythment le calendrier local. Selon les régions, on célèbre Marie ou Jésus mais chaque ville, chaque foyer, possède au moins une statue où les deux figures sont réunies sous la forme d’une statue de Vierge à l’Enfant. Parmi les fêtes, celle de Nuestra Senora de Penafrancia à Naga (province de Bicol) se traduit par neuf jours de liesse avec procession finale grandiose. Les fêtes de Pâques sont également spectaculaires, des pénitents n’hésitant pas se faire clouer sur des croix le Vendredi saint, reconstitution sanglante de la Passion du Christ… En version plus douce, la messe dominicale est un moment privilégié pour prendre la mesure de dévotion des Philippins et écouter des chants religieux entonnés avec beaucoup d’enthousiasme.

3

S’adapter aux codes locaux

Les Philippins sont très hospitaliers et il est facile de se faire des amis. La famille, au sens élargi du terme, est essentielle et s’y intéresser au cours de la conversation constitue la moindre des politesses. Si vous êtes invité, surtout n’arrivez pas à l’heure, vos hôtes seraient surpris et gênés ! Déchaussez-vous avant d’entrer dans une maison et faites preuve d’un respect appuyé envers les personnes âgées. À table, goûtez à tout mais ne terminez pas votre assiette, pour montrer que vous êtes rassasié. Sachez aussi qu’on risque de vous dévisager souvent et longuement, preuve d’intérêt à votre égard, mais ne rendez pas la pareille si vous êtes un homme car fixer quelqu’un peut être considéré comme une attitude agressive. Patience et politesse sont deux piliers de la culture locale. En revanche, au restaurant, siffler un serveur pour attirer son attention est dans la norme !

4

S’essayer (ou pas) à de nouveaux hobbies

Le basket et la boxe sont des sports très populaires et assister à un match est l’occasion de partager un moment de liesse collective. Autre passe-temps national : les combats de coqs, qui font l’objet de paris mettant parfois en jeu des sommes considérables : âmes sensibles s’abstenir car le spectacle est violent. Les Philippins, qui s’enorgueillissent de leur don pour le chant, adorent les karaokés qu’on trouve à tous les coins de rues et même en version ambulante dans les villages ! Si vous vous lancez, les aficionados seront indulgents mais de votre côté, évitez de ricaner si une interprétation vous semble faible : d’une grande gentillesse, les Philippins peuvent aussi avoir le sang chaud, notamment quand ils ont bu ! 

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.