Vallée Sacrée

07/07/2016

Chaque empereur de la dynastie inca n’aura de cesse d’embellir Cuzco (ou Cusco) la ville impériale et d’y associer un nouveau domaine agricole. Chaque arpent compte, car seuls 2 % du royaume inca est cultivable. De nombreuses vallées d’altitude seront ainsi couvertes de terrasses et désenclavées par des routes.

La Vallée sacrée est l’une d’entre elles. Pachacútec élèvera Písac, Ollantaytambo et le Machu Picchu. Tout est pensé pour que ces nouvelles implantations traduisent l’éminence du pouvoir : les villages sont beaux et leur urbanisation uniforme, les terres rendues productives ; les ouvrages s’intègrent dans le paysage. Tout un programme… dont cinq cents ans plus tard, les visiteurs peuvent constater la permanence. Les forteresses de Písac au sud et d’Ollantaytambo au nord protègent les entrées de la Vallée sacrée. Entre les deux, un cordon de villages, de terrasses et de greniers (Ollantaytambo) arrimés aux flancs des montagnes.

Derrière la simplicité apparente se cache une ingénierie de pointe ! Rien n’est laissé au hasard. Quand il le faut, les cimes sont arasées, la structure des terrains modifiée. Les terrasses ont plusieurs fonctions : elles préservent les pentes de l’érosion, drainent les eaux, remodèlent le paysage pour que l’homme puisse y circuler. Les paliers répartissent les cultures en fonction de l’altitude. On cultive à Písac jusqu’à 17 variétés de maïs tandis qu’à Moray une cellule de recherche parvient à reproduire dans un amphithéâtre artificiel les microclimats du royaume qui s’étire pourtant de l’Équateur au Chili ! Cette ingénierie est magnifiquement représentée par les salines de Maras (3 300 m). Bien que les Incas ne soient pas à l’origine de l’exploitation de la source riche en chlorure de sodium, ils vont créer un étonnant domaine de 3 000 bassins en terrasses. Chemins et sentiers relient la basse vallée aux sites d’altitude et ouvrent aux marcheurs et cyclistes de nombreuses possibilités de visiter autrement qu’en voiture ou en car la Vallée sacrée. 

Le plus Comptoir des Voyages

Sillonner la vallée en voiture avec chauffeur pour visiter des sites moins touristiques.

Nous on adore

L’ambiance sympathique dans le train qui monte au Machu Picchu et la vue bien sûr !

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.