À goûter, siroter…

06/06/2017

À manger

Le plat national est le osh (plov en russe)-, du riz pilaf accompagné de viande de mouton et de tout un tas d’ingrédients. Il en existe autant de recettes que de familles et être invité à déguster un osh est une démonstration d’hospitalité qui ne se refuse pas. Les chachlik (littéralement « les six morceaux » en persan) sont des brochettes de mouton grillé accompagnées d’oignon cru qui se dégustent sur le pouce avec une galette de pain bien frais. Il existe des variantes à base de bœuf, de poulet ou d’agneau et la grande affaire consiste à y ajouter du gras issu de la queue du mouton. Pas forcément très digeste mais là non plus il ne faut pas refuser car c’est un honneur fait à l’étranger que de lui offrir ces pièces de choix !

Outre ces deux plats incontournables, on mange des laghman (soupes de nouilles à la viande et aux légumes), des manty (raviolis cuits à la vapeur et fourrés de viande), des samsa, les samoussa ouzbeks … Le tout bien gras et peu épicé. Les entrées sont plus légères : salades de tomates, de concombres, soupes froides au yaourt, fromage blanc. Le pain, non ou nan, est cuit au four tandoor : vendu chaud dans les bazars, c’est un délice croustillant au cœur tendre. En été et en automne, les fruits font le bonheur du voyageur : abricots, pêches, cerises, pommes, framboises, raisins, grenades, poires, melons, pastèques, figues … Un festival de saveurs fraîches ! Pour faire comme les locaux, craquer pour les graines de tournesol appelées localement semetchka. Au moment de Norouz, goûter absolument au soumalak, pâte sucrée à base de graines germées qui constitue un plat rituel.

À boire

Du tchaï bien sûr ! Vert ou noir, c’est la boisson préférée des Ouzbeks, servie avec beaucoup de cérémonie à toute heure de la journée. Attention à ne pas tenir sa tasse de la main gauche, ça porte malheur ! L’ayran, à base de yaourt et d’eau salée, est très rafraîchissant tandis que le koumiss, lait de jument ou de chamelle fermenté des nomades de la steppe, est réputé guérir de tous les maux mais a vraiment un goût bizarre pour nos palais occidentaux.

Héritage russe bien vivant, la vodka est l’autre boisson nationale et lorsqu’une bouteille est ouverte, il est d’usage de la vider ! Gare aux lendemains et aux versions frelatées … On trouve aussi du vin, parfois très bon, notamment le blanc, de la bière, des délicieux jus de fruits frais appelés sok et des préparations à base de baies nommées kompot. Les sodas arborent parfois des teintes étranges … 

Bizarre, bizarre 

Connaissez-vous l’huile de coton ? Elle est incontournable en Ouzbékistan qui est l’un des plus gros producteurs de cette fibre végétale.

Le kala potcha est un plat très prisé associant tête et pattes d’un mouton avec des abats et des tripes. Estomacs sensibles s’abstenir ! 

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.