Nos petits secrets en Alberta et en Colombie-Britannique

19/11/2013

LA VALLÉE DE L’OKANAGAN

Entre Vancouver et les Rocheuses de l’Alberta, cette vallée s’étire sur 180 km au carrefour de quatre vallées et de trois lacs dans la région semi-aride des hauts plateaux de l’intérieur. Domestiquée par des barrages avant de traverser la frontière U.S., la rivière a permis à la contrée de devenir la seconde région fruitière du pays et d’acquérir une réputation nouvelle par ses vignobles.
D’abord fréquentée par les compagnies de fourrure, les missionnaires puis les éleveurs au temps de l’Open Range, son isolement lui valut d’être le terrain d’entraînement des troupes canadiennes pendant les deux guerres mondiales.
Aujourd’hui, couverte de vignes en terrasses de ses collines baignées de soleil, la "Napa Valley du Canada", au charme tranquille et au paysage western un peu plus policé, est connue pour ses grands vergers et ses lacs aux eaux pures. Fêtes du vin, visites des vignobles assorties de dégustations, vous permettront de découvrir les grands crus de la région. Les petites villes s’égrènent le long de la route 97 bordée de parcs provinciaux et de lacs, de Vernon au nord à Osoyoos, au sud sur la frontière avec l’état du Washington.
Avec un ensoleillement estival supérieur à celui de Honolulu, on comprend mieux le succès des plages de Kelowna ou de Penticton. On peut faire un tour en bateau à aubes tout en essayant d’éviter Ogopogo, l’équivalent local du monstre du Loch Ness. Si vous avez la fibre artistique, passez à l’Art Gallery of South Okanagan. Le O'Keefe's Historical Ranch, environ une douzaine de km au nord de Vernon (9380 Highway 97 North), est désormais un musée le préservant dans sa condition du XIXe siècle malgré animations et spectacles tels que rodéo, country music etc.

LE PARC NATIONAL DE YOHO

Yoho en langue autochtone signifie : "émerveillement respectueux" ! La nature en effet a superbement pourvu le bassin de la rivière Yoho en sites spectaculaires. Du champ de glace Wapta aux chutes Takakkaw, dévalant en deux sections seulement une paroi de près de 400 mètres, du canyon de la rivière Columbia au vertigineux mont Goodsir, en passant par les tapis de mélèzes flamboyants à l’automne…
La route Transcanadienne qui traverse le parc déroule en continu son lot d’émerveillements. les schistes argileux de Burgess ont conservé des fossiles d’un demi-million d’années. Le Burgess Shale, lit de fossiles d’une richesse inouïe est d’ailleurs classé UNESCO. …
Sur les pentes supérieures du mont Field, différentes strates de roche sédimentaire renferment plus de 120 types de créatures marines bien fossilisées. Des marches guidées plutôt fatigantes, limitées à quinze personnes, peuvent s’effectuer à la Carrière Walcott et dans les lits des trilobites de juin à octobre. Bien sûr on ne peut rien ramasser!
On contourne le Mont Burgess, pour quitter la Transcanadienne 2 km à l’ouest de Field en passant un pont naturel foré par la rivière Kicking Horse pour découvrir au bout de 8 km niché à sa base, le joyau de l’Emerald Lake. L’endroit, ravissant miroir des sommets alentour, est absolument parfait pour un pique-nique et c’est aussi le point de départ de randonnées inépuisables
On vous recommande par exemple, l’excursion de 13 km au Lake O'Hara (3.2km à l’ouest du Continental Divide), l’une des plus exceptionnelles enclaves secrètes des Rocheuses canadiennes.
Les amoureux de la Vie du Rail sont gâtés eux aussi ! Personne ne veut manquer le tour de passe passe effectué par les convois escaladant ou dévalant le col Kicking Horse, un tour de force avec des pentes de plus de 4%, et la voie dessinant un 8 pour réduire la pente. Après plusieurs accidents, on construisit les Spiral Tunnels en 1909. On en aperçoit l’orifice depuis le belvédère aménagé sur la Transcanadienne 7 km à l’est de Field. On arrive même à voir parfois la tête du train émerger d’un tunnel (800 mètres de long tout de même) alors que la queue ne l’a pas encore pénétré… Le site de Big Hill, où la ligne dégringole de 330 mètres en 6 km depuis Wapta Lake jusqu’à l’est de Field est encore plus pentu.  Quatre locomotives s’époumonaient à tirer quinze wagons lors d’une ascension qui durait une heure.

LE PARC PROVINCIAL DE WELLS GRAY

L’immense Wells Gray Provincial Park, au cœur des Cariboo Mountains autrefois parcourues par les chercheurs d'or se distingue par une étonnante diversité de paysages et une faune exceptionnelle sur plus de 5000 km². 219 espèces d’oiseaux et 50 espèces de mammifères vivent au milieu des lacs, des forêts de conifères, de larges vallées herbeuses d’altitude. Malmenés par les glaciers, déchiquetés par les torrents, envahis par les laves, les reliefs ne sont que brisures, chutes vertigineuses et défilés imprenables. On visite aussi Wells Gray pour ses chutes d’eau et son champ de volcans Wells Gray – Clearwater dont certains toujours en activité.
Seule une route pénètre dans le parc et se termine en cul-de-sac au bout de près de 70km dont les 30 premiers sont goudronnés mais qui permet d’admirer de nombreuses cascades dont les plus spectaculaires sont les Dawson Falls avec leurs 91 mètres de large sur 18 de haut mais surtout les Helmcken Falls qui avec 137 mètres de dénivelé sont deux fois et demi plus hautes que celles du Niagara… paradis pour la rando et le camping.

QUESNEL ET BARKERVILLE

Quesnel capitale de la ruée vers l’or découvert dans la région en 1862. est une bourgade de 11000 habitants, où le bois a remplacé l’or comme en témoigne ce qui serait la plus grande usine de contreplaqué et de pâte à papier du monde. Les collines véritablement "ratiboisées" alentour, les crassiers de sciure, les scieries à perte de vue, les immenses tas de troncs en attente d’être débités.
Même si la localité mérite que l’on s’y attarde un petit peu, on s’en sert surtout  comme base arrière pour visiter Barkerville Provincial Historic Park, qui, au bout des 90 kilomètres de la jolie route 26, un cul-de-sac venant buter contre les Cariboo Mountains, ramène au temps de la ruée vers l’or.
Au début des années 1870, le filon s’épuise et la ville devient fantôme. Aujourd’hui, on dit que Barkerville est le plus grand district historique d’Amérique. la balade dans ce décor de western soigneusement restauré est un enchantement. Plus de 140 bâtiments authentiques subsistent le long d’une rue bordée des trottoirs en bois typiques, dont la jolie église St Saviour où l’on célèbre encore des mariages, le temple maçonnique chinois, les saloons, les écuries etc. Balades en diligence, recherche d’or à la batée ou représentations de vaudevilles ou Theatre Royal, séances du tribunal menées par le juge Begbie, animent le tout en saison. A l’aller ou au retour, arrêtez-vous à Cottonwood House (Cottonwood House Historic Site), un ancien relais de poste très bien restauré et à Wells, autre village pittoresque. Animé en été par l’IMA (Island Mountain Arts), une école d’arts variés, allant de la musique à la reliure en passant par la poterie ou l’écriture. Les amateurs de pique-nique et les sportifs pousseront jusqu’au Bowron Lake Park, paradis du canoë et du kayak et où l’on trouve de vieilles cabanes de trappeurs.

LE PARC NATIONAL DE WATERTON LAKES

Créé en 1895 (formant avec son voisin U.S. de Glacier National Park le Parc International de la Paix depuis 1932, ils ont été classés tous les deux au patrimoine mondial en 1995), le parc du Waterton Lakes protège un site extraordinaire.
Ici, la prairie des hautes plaines télescope la haute montagne en donnant un écosystème d’une richesse et d’une diversité incroyables. Ne manquez pas l’une des plus belles vues du pays depuis le belvédère du Prince of Wales Hotel, merveille de l’époque victorienne Le panorama sur les montagnes couronnées de neiges éternelles se reflétant dans les lacs est absolument éblouissant.
En saison, des croisières sont organisées sur le lac et on peut y faire d’innombrables randos pédestres. Nous, on a bien aimé celle de Red Rock Canyon à la palette étonnante, les roches rouges et vertes contrastant avec les résineux environnants. Le site peut s’inclure dans un bel itinéraire collectionnant les parcs montagnards de l’ouest canadien ou dans un programme transfrontalier combinant les parcs des Rocheuses canadiennes et américaines, sur l’axe Yellowstone – Jasper.

CYPRESS HILLS INTERPROVINCIAL PARK

Au Cypress Hills Park, Fort Walsh nous ramène au temps des Sioux et Medecine Hat fait découvrir un tipi géant, érigé en hommage aux premières nations.
A cheval sur la frontière entre Alberta et Saskatchewan, les collines du Cypress Park se voient de très loin et dominent la prairie du haut de leurs 800 mètres..
Nichés dans les sapins, témoignant de l’époque agitée de la conquête de l’Ouest, se trouvent un trading-post de contrebande et Fort Walsh, construit en 1875 par la Police Montée dont il fut le QG jusqu’en 1882 et désormais classé National Historic Site.C’est une pittoresque reconstitution dans un cadre boisé. Des figurants en costume y font des démonstrations et des exercices ou des parades. Des sommets, jolies vues jusqu’au Montana.
Aux environs, rendant hommage aux aborigènes, le plus grand tipi du monde, immanquable avec ses 58 mètres de haut, se dresse à la sortie est de Medicine Hat, ou plus simplement "The Hat" pour parler local. D’ailleurs ici on ne se prend pas la tête, l’une des expressions favorites étant "Takitish", un ramassé de "take it easy"… Le site peut s’inclure dans un bel itinéraire transfrontalier combinant les parcs des Rocheuses canadiennes et américaines, sur l’axe Yellowstone – Jasper. Et puis, rien que pour voir la tête de vos amis quand vous leur direz que vous avez mis les pieds au Saskatchewan…

EN TRAIN DANS LES ROCHEUSES 

En train tout confort ou luxueux, la traversée des Rocheuses canadiennes est époustouflante. Le trajet le plus exotique étant celui qui longe la vallée de la Skeena. So romantic ! Si vous avez la nostalgie des voyages en train de luxe à la manière de l’Orient Express, embarquez dans le Rocky Mountaineer.
De Vancouver, vous rejoignez Banff ou Jasper ou Whistler. Paysages époustouflants, animaux sauvages, vous passerez à proximité des sites les plus réputés. Si vous aimez les croisières ferroviaires, vous pouvez aussi circuler d’est en ouest dans toute le la région grâce aux lignes de Via Rail, la compagnie qui relie les grandes villes du Canada.
Ainsi, vous revivrez l'épopée du Canadian Pacific, premier chemin de fer transcontinental achevé en 1885, en voyageant dans le légendaire Canadien qui traverse les mêmes paysages à couper le souffle.
Une autre ligne de Via Rail vous permet de rallier le Pacifique à Prince Rupert depuis Jasper ou Prince George en suivant la vallée de la Skeena. Le fleuve, est surplombé par les sommets enneigés des Seven Sisters Peaks, abrite des villages indiens Gitsan, pêcheurs de saumon au harpon et  artistes, sculpteurs de totems immenses, Kitwancool, Kitwanga, Kitseguecla, K’San et Kipsiox.

WHISTLER

Au pied de deux superbes montagnes, Whistler est à vivre toute l’année. Ski en hiver et même en été, en plus des randos, du vtt, du golf. Et pourquoi pas l’héliski ?
Whistler, au pied de deux magnifiques montagnes (Whistler à 2182 mètres d’altitude et Blackcomb à 2284 mètres) à moins de 60 km de Vancouver, est une fabuleuse destination quatre saisons, classée régulièrement dans les cinq premières stations de ski mondiales. Elle se dit la plus grande station de ski d’hiver d’Amérique du Nord avec ses 200 pistes balisées et 33 remonte-pentes, on peut aussi y pratiquer l’héliski. Et on n’a jamais l’impression de faire la queue…
C’est un endroit idéal pour la randonnée, le vtt, le golf et même le ski d’été. Il y a également pléthore de boutiques, galeries d’art et de centres de remise en forme, le tout dans un village largement piétonnier qui ne date pas d’hier. La ville de Nancy Green a fait partie des sites sélectionnés pour les Jeux Olympiques d’hiver de Vancouver en 2010, ce qui explique aussi l’accélération du développement urbain et les prix pratiqués. Mais quel bonheur de pouvoir profiter lors d’un même voyage de l’ambiance de Vancouver et des activités de Whistler. 

Retour haut