Nos petits secrets dans le Yukon et dans les territoires Inuits

14/11/2013

SURVOL DES MONTS MACKENZIE ET NAHANNI NATIONAL PARK

Entre Yukon et Territoires du Nord-Ouest, les monts Mackenzie s’élèvent d’un bloc au-dessus des plaines formant une large barrière infranchissable. Sur ses flancs, le fleuve Mackenzie, le plus grand du Canada creuse, érode, taille la roche sans répit. Falaises, canyons, rapides, chutes, îles et défilés se succèdent. Dans les vallées, une dense forêt profite de cet apport continu d’eau.
Un survol en avion vous permettra de contempler sans vous mouiller, l’un des plus beaux spectacles du monde. La Naha Dehé (la rivière sans hommes comme l’avait baptisé les Deh Cho), se fraye un chemin tumultueux à travers un décor karstique rythmé par plusieurs canyons majestueux.
Les chutes Virginia, deux fois plus hautes que celles du Niagara, coupées en deux par une aiguille rocheuse, sont une pure merveille. D’ailleurs, le parc national de la Nahanni a été le premier site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1978. Fort Simpson sera votre base de départ pour explorer la région.

LA PISTE DU KLONDIKE DE SKAGWAY A WHITEHORSE

La ruée vers l’or du Klondike fut l’une des dernières grandes aventures du XIXe siècle.L’épopée des prospecteurs est racontée tout au long du Klondike Gold Rush International Historic Park qui, des deux côtés de la frontière, aligne des sites de Skagway en Alaska, jusqu’à Dawson au Yukon.
Nombre de sites sont en pleine nature et à explorer à pied, notamment la mythique Chilcoot Trail parallèle à la White Pass Trail plus à l’est, et qui monte depuis la ville abandonnée de Dyea, juste au nord de Skagway.
Profitez des charmes de Skagway, vieux port historique désormais un peu trop fréquenté par les paquebots. La route pour Whitehorse ouverte seulement en 1979, gravit la pente par de beaux lacets offrant des vues sur le bras de mer ou les pentes du White Pass, jadis cauchemar des chercheurs d’or qui l’escaladaient dans des conditions dantesques. On aperçoit aussi les rails luisants du chemin de fer à voie étroite du White Pass & Yukon Railroad achevé en 1900. Aujourd’hui une excursion en wagons-salons d’époque tractés par des locomotives à vapeur ou diesel vous promène allègrement au flanc des montagnes. Après le col marquant la frontière, on descend ensuite doucement vers le Tutshi Lake encadré de montagnes aux flancs polis par les glaciers puis le Windy Arm, prolongement du lac Tagish. Après la vieille gare de Carcross, au bout du lac Bennett, la route s’enfonce dans les forêts pour atteindre Whitehorse.

GLACIER BAY NATIONAL PARK

A l’ouest de Skagway et de Haines, le parc national de Glacier Bay occupe une respectable superficie de glace, de montagne et d’océan juste au nord de l’archipel alaskan, où il se prolonge dans ses eaux glacées. 20 % de sa superficie est une réserve marine.
Classé par l’Unesco, ce fjord long de 100 kilomètres taraudé par les glaciers dégringolant des hauts sommets de la Coast Range abrite une faune en voie de disparition (baleines à bosse ou otarie de Steller) et quantités d’orques, lions de mer, d’ours, grizzlis, élans, chèvres des montagnes, sans oublier oiseaux, du macareux à l’aigle à tête blanche. Sur les terres, forêts pluviales, montagnes escarpées et glaciers géants composent un paysage arctique exemplaire.
Le survol en avion permet d’en prendre toute la démesure. On peut aussi prendre une excursion en bateau explorant le fond de la baie jusqu’à Grand Pacific Glacier. Le kayak de mer séduira les plus aventuriers. Vous voyez défiler les langues glaciaires, et s’entrechoquer les séracs monstrueux plongeant dans les eaux du Pacifique. Les grands paquebots n’ont qu’un accès très limité à l’intérieur de Glacier Bay. Pour bien profiter de l’endroit, la meilleure solution est de dormir au très rustique mais pas vraiment donné Glacier Bay Lodge niché dans Bartlett Cove. Il y a aussi quelques B&B et petits lodges.

KENAI FJORDS NATIONAL PARK

Au sud de l’Alaska, sur la côte orientale de la péninsule de Seward, Kenai Fjords National Park offre de somptueux paysages de fjords, d’îlots rocheux, de glaciers et forêts plongeant dans les flots… Dépêchez-vous d’y aller car les glaciers reculent vite. Le glacier du fjord Mc Carthy a perdu 20 km en 100 ans !
Le cœur de ce parc magnifique, créé seulement en 1980, est le Harding Icefield, un immense champ de glace et de neige percé de « nunataks » (pics solitaires en inuit), les sommets acérés des montagnes. La glace se répand dans toutes les directions. Plus de trente glaciers ont été répertoriés dont huit atteignent la côte dans un grand fracas d’icebergs.
Pour bien vous organiser, passez au Visitor’s Center du parc, dans le centre de Seward, près de la capitainerie du port. Le bateau est en effet le meilleur moyen d’apprécier la majesté du site et de profiter de la faune marine, loutres, lions de mer, orques, baleines Seul le secteur d’Exit Glacier est accessible par la route. Il offre plusieurs sentiers de rando dont la recherchée Harding Icefield Trail grimpant sur le glacier principal pour un extraordinaire panorama (6 à 8 h avec des passages difficiles).
Plus courte, la Lower Loop Trail (800 mètres) mène au pied de l’Exit Glacier, la Upper Trail, plus difficile, offre une vue de sa partie supérieure.Si vous voulez absolument voir le Harding Icefield, la solution la plus rapide reste l’avion. Dans les forêts, ours bruns et noirs, élans, pygargues à tête blanche sont facilement observables.

WHITEHORSE ET LE SS KLONDIKE

La curiosité numéro un de la capitale du territoire du Yukon, étape entre Skagway et Dawson, est le SS Klondike, l’un des deux seuls vapeurs survivants qui arpentaient autrefois le fleuve avec leurs roues à aubes. Autrefois, plus de 250 navires encombraient le fleuve, mettant 36 heures pour rallier Dawson en aval mais 5 jours pour en revenir en luttant contre les courants pleins de traitrise.
Restauré dans sa splendeur des années trente mais tristement posé sur le quai, le SS Klondike  fut lancé en 1929. Coulé en 1936, il fut reconstruit en 1937 avec les morceaux... Le plus grand steamer du Yukon opéra vaillamment jusqu’en 1955 quand un pilote maladroit le condamna au rôle de musée, ce qu’il serait de toute manière devenu, une fois construits la route et les ponts.
Si vous avez le temps et pour imaginer plus concrètement les problèmes posés par le fleuve et malgré un barrage hydroélectrique, la balade sur le MV Shwatka naviguant sur le Schwatka Lake cerné par les falaises, vous donnera une bonne idée de la férocité du Yukon.

Demander un devis

Parler à un spécialiste
Canada

01 85 08 22 90 Du lundi au samedi de 10h à 18h30
Nos voyages Ouest canadien

Idées associées

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.