10 conseils pour se fondre dans le décor

06/11/2013

1
SACHEZ QUI GOUVERNE

Le Canada est l’un des seize pays du Commonwealth. Il est donc une monarchie constitutionnelle dotée d’un parlement bicaméral (deux assemblées représentatives au Parlement). La Grande-Bretagne a donc toujours droit de regard sur les lois votées en Canada ! Élisabeth II en est donc officiellement la reine et le chef de l’état. Mais ne vous avisez pas de rappeler cet état de fait aux Canadiens !

2
SOYEZ ÉCOLO À L'INSTAR DES CANADIENS

A l’Ouest, le recyclage est entré dans les mœurs, il est d’ailleurs encouragé et facilité par la présence de sites de récupération qui remboursent les dépenses de plastique. Vancouver, à la fois urbaine et tournée vers l’environnement, s’est d’ailleurs lancé le défi de devenir la ville la plus verte du monde d’ici 2020. Pourtant les controverses ne manquent pas, que ce soit sur l’exploitation des schistes bitumineux ou les conséquences des récents autant que fort contestés Jeux Olympiques de Vancouver.

3
DÉLECTEZ-VOUS DES POISSONS ET DES FRUITS DE MER

Saumon frais ou fumé, "surf and turf", plats combinant fruits de mer et viande bovine, huîtres crues ou cuites, à déguster lors de "parties d’huîtres", accompagnées de bière. Les pétoncles, sortes de coquilles Saint-Jacques, se déclinent en petites ou en "géantes". Regardez bien les étiquettes si vous achetez du saumon, afin de vous assurer de sa provenance, de sa catégorie (sauvage ou d’élevage) et du procédé utilisé pour sa préparation, par exemple s’il est fumé à chaud ou à froid. A noter, la couleur de la chair du saumon varie fortement, du rouge vif du saumon Rouge au blanc ivoire du Quinnat, du rose pâle du saumon Rose au rouge pâle du Kéta. La couleur est devenue une affaire de marketing. Il existe aujourd’hui un pigment d'astaxanthine reproduisant la couleur de la chair du saumon sauvage chez le saumon d'élevage. Ayez l’œil !

4
MANGEZ DANS LES IZAKAYA

La côte Pacifique a toujours connu une importante immigration asiatique. Les Chinois ont construit les chemins de fer à la fin du XIXe siècle et ont fait souche dans la région comme on le voit à Vancouver ou Victoria. La rétrocession par les Britanniques de Hong Kong à la Chine a entraîné une autre vague d’immigration chinoise. La présence asiatique, surtout à Vancouver, a influencé les commerces de la restauration. A tel point que de nombreux Japonais viennent sur la côte Ouest pour profiter de prix plus abordables que chez eux, notamment pour les sushis. Vous trouverez des tavernes japonaises (izakaya) sans charme mais efficaces, un peu partout à l’Ouest. C’est le moment de se perfectionner dans l’art de manipuler les baguettes !

5
CLAQUEZ LE BEIGNET !

Pour combler une petite faim ou conclure le repas par un dessert roboratif, on vous conseille le Whale's Tail, l’Elephant Ear ou encore le Beaver Tail. Quelle que soit la partie anatomique de l’animal, queue de baleine ou de castor, oreille d’éléphant, ces appellations désignent le même genre de beignet nappé de jus de citron et saupoudré de sucre et cannelle. Vous devriez en trouver chez Tim's, Timmy's, Timmy Ho's, Timmy Ho-Ho's, les nombreux surnoms de Tim Horton’s, la chaîne spécialisée dans le beignet. Et si vous l’accompagnez de café, commandez un dobeul-dobeul avec l’accent, ça n’a rien à voir avec le basket, ça veut dire que vous aurez double ration de crème et de sucre…

6
BLANC,BRUN, NOIR … À CHACUN SON OURS SAUVAGE !

Vous vous trouvez dans le seul pays au monde où l’on peut voir dans la nature toutes les espèces d’ours, à part le panda.

  • Blanc-neige comme… l’ours polaire. Le point d’observation des ours blancs est la ville de Churchill dans la province du Manitoba, aux portes de la banquise de la baie d’Hudson. On peut aussi se rendre à Moosonee, côté Ontario, au fond de la baie James et bien sûr en Alaska, Yukon, territoires du Nord-Ouest.
  • Brun comme… le célèbre grizzli ! On peut l'observer surtout en Colombie-Britannique. Comme il est omnivore, on le trouvera plus facilement au bord des cours d'eau et des fleuves pendant le frai du saumon.
  • Noir comme…l'ours commun. Il est visible un peu partout dans l’Ouest canadien à la belle saison.
  • Rarissime et couleur crème comme… l'ours Kermode ou "ours Esprit" (pour les autochtones impressionnables), une sous-espèce de l'ours noir qui ne se trouve que sur les côtes de Colombie Britannique. Contrairement à ce que sa couleur laisse penser, il ne s’agit pas d’un ours polaire.
  • Peu fréquent, blond, brun ou orange comme l’ours de Kodiak, qui ne vit qu’à Kodiak, grande île et son archipel à l’ouest d’Anchorage. On vient observer l’ours en juillet et août pêchant sur la Frazer River après s’être posé en hydravion sur un lac C’est un ours de Kodiak qui est le héros du film de Jean-Jacques Annaud.
  • Géant, comme l’ours de Katmai, variante du grizzli brun, très présent dans le Katmai National Park, sur l’Alaska continental, à l’ouest d’Anchorage.

7
FACE À UN OURS, LA BONNE TACTIQUE

Circulez en groupe dans les parcs. Faites du bruit, chantez ! Ne marchez pas la nuit. Si vous campez dans un site naturel, fermez dans des coffres vos réserves de nourriture. Ne laissez aucun déchet derrière vous. La plupart du temps, vos rencontres avec les ours vont demeurer furtives, chacun reprenant placidement son chemin. Un grincheux se croyant menacé ou une femelle avec ses petits, peut se faire menaçant(e), mais c’est exceptionnel. Si vous êtes trop près, reculez alors sans lui tourner le dos et sans le regarder en face, en agitant vos mains au-dessus de votre tête. La plupart du temps, cette esquive suffit et l’ours repart.

si vous êtes passionné de faune sauvage et même si le budget vous semble conséquent, une excursion ou un séjour spécial "observation des ours" sera un investissement que vous ne regretterez pas. Les spécialistes accompagnant ces sorties sont des professionnels expérimentés et ne sortent que très bien équipés, parés à toute éventualité.

8
NE PAS CONFONDRE

Les populations vivant sur le continent depuis toujours sont bien souvent désignées comme Amérindiens ou Indiens d’Amérique. D’une part, ce terme générique ne tient pas compte des Inuits des régions arctiques, d’autre part il ne fait aucun distinguo entre les identités et les cultures des communautés qui y sont présentes, nombreuses et pourtant très différentes, tous les savoir-faire, les rites, l’artisanat et l’alimentation étant en effet intimement liés aux territoires de vie. Les blancs utilisent de manière un peu angélique, voire niaiseuse comme disent les Québécois, les termes de Native Canadians (Canadiens d'origine), Native Peoples (Peuples d'origine), First Nations (Premières Nations) ou Aboriginal Peoples (Peuples Aborigènes) ou encore Peuples Premiers. Tous termes rejetés en bloc par les intéressés qui souhaitent être nommés uniquement par le nom de leur tribu.

De même, il faut bien se garder de prendre les Canadiens pour des Américains. Même si leur mode de vie est assez similaire, les Canadiens n’aiment pas du tout être confondus avec leurs voisins du sud du 49éme parallèle, originellement une frontière totalement artificielle. L’un des charmes des provinces de l’Ouest canadien est bien ce savoureux mélange de culture et de grands espaces "américains" » confrontés à un zeste d’héritage britannique. On le distingue dans une certaine retenue (toute relative) dans la manière de s’exprimer, parfois dans le vocabulaire ou l’accent et certaines expressions locales puisqu’ici Mickey désigne une mini-bouteille d’alcool de 375 ml…

9
UN PALET SINON RIEN

Si vous séjournez au Canada entre octobre et avril, il est impératif que vous assistiez à un match de hockey. Ce sport national soulève l’enthousiasme général et le spectacle a lieu autant dans les tribunes que sur la glace. Que ce soit un match de la très courue Ligue Nationale (LNH) qui englobe clubs canadiens et américains professionnels, ou une rencontre locale vous passerez un agréable moment dans une ambiance chaleureuse voire passionnée et ce, même si vous ne connaissez rien aux règles, à l’inverse d’un vrai Cannuck.

10
UN SAUMON PEUT EN CACHER UN AUTRE

Le saumon est indissociable de la culture canadienne, qu’il s’agisse des autochtones ou des amateurs de pêche sportive. On en distingue 5 espèces indigènes sur la côte pacifique canadienne (King, Coho ou argenté, Rouge, Rose ou bossu, Chum). Cet "Oncorhynchus" occupe d’ailleurs une place prédominante dans l'art et l'architecture des nations de la côte pacifique.

Naissant dans les torrents de montagne, le saumon vit un ou deux ans dans un lac puis rejoint vers l’océan. Après plusieurs années, il accomplit son épuisante migration du retour, "la montaison", vers sa frayère natale en fin d’été pour y pondre avant de mourir. Un cycle accompli à l'aide de sa boussole interne, qui reste un mystère pour la science.

Des échelles à saumons sont parfois installées pour faciliter la remontée des poissons et optimiser la reproduction, notamment sur le Frazer, le plus grand fleuve de Colombie Britannique qui abrite 75% de la population quand elle se trouve dans les cours d’eau.

De nombreux lodges spécialisés proposent des séjours axés uniquement sur la pêche, chaque espèce de saumon se pêchant à une période différente.

Demander un devis

Parler à un spécialiste
Canada

01 85 08 22 90 Du lundi au samedi de 10h à 18h30
Nos voyages Ouest canadien

Idées associées

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.