Un périple en 4x4

21/09/2014

La plus petite région d’Oman n’est traversée que par deux routes formant une croix auxquelles se rattachent quantité de pistes. Elles ne relient pas seulement les deux ou trois villes d’importance, elles donnent accès aux merveilles géologiques de la région.

Broyée par les mouvements terrestres, défaite par les eaux, la péninsule de Musandam n’est que montagnes arides, reliefs chaotiques, falaises, pointes, anses, criques et cirques. Rien ne ressemble à une pierre qu’une autre pierre, pense-t-on. Pourtant, les roches montrent des variétés sensibles de teintes, du gris à l’ocre-brun.

Le djebel Harim (2 087 m), point culminant de la péninsule, règne sur une planète de blocs arrachés à ses flancs. Dans ces replis secrets, des fossiles et des peintures nomades vieilles de 4 000 ans. La faune n’est pas seulement composée de geckos, de serpents ou de représentants du désert.

Les mammifères comme les chacals, les chats sauvages, les gazelles et mangoustes trouvent dans les forêts d’acacia et de jujubier épines-de-Christ (Parc de Khalidiya, Khor Nadj, etc.) les ressources nécessaires. Le cirque de Rawdah, les brèves terrasses de Tawi, tous les terrains fertiles verdissent en hiver.

Le paysage en est transformé : prairies à moutons et champs de blé couvrent entre autres le plateau de Sayh à 1 000 m d’altitude. La vie humaine aussi change. Les populations de villes se déplacent après avoir stocké les denrées à l’abri des bait al qulf.

Ces bâtiments sommaires en pisé étaient autrefois construits autour de gigantesques jarres de stockage, formant ainsi un coffre-fort imprenable. Un bel exemple est visible dans le fort portugais du XVIIe s. de Khasab.

Le plus Comptoir des Voyages

Partez en excursion privative avec votre chauffeur, à votre rythme, afin de découvrir les gorges et les falaises de cette péninsule. 

Nous on adore

La vue exceptionnelle sur les fjords qu’offrent les pistes de Musandam ainsi que la beauté de ses paysages arides et accidentés. 

Retour haut