Peuples et institutions

11/10/2015

POLITIQUE

Membre du Commonwealth, la Nouvelle-Zélande est une monarchie constitutionnelle sans constitution formelle. Un Gouverneur général représente la reine Élisabeth II. Il a pour charge, entre autres, de nommer et de destituer le Premier ministre. Ce dernier représente son parti lorsqu’il est majoritaire à la Chambre des représentants (système de représentation proportionnelle mixte). Le parlement est monocaméral, la Chambre des représentants comprend 120 députés élus pour 3 ans. La Cour suprême de Nouvelle-Zélande est la plus haute instance judiciaire.

ÉCONOMIE

Taux de croissance : 3,5 % (MAE, 2014)
Taux de chômage : 5,7 % (MAE, 2014)
Déficit public : 38,15 % du PIB (FMI, 2012)

L’économie essentiellement dépendante des exportations, s’est largement diversifiée depuis 25 ans. Tourisme (2e moteur de l’économie), production cinématographique, viticulture sont de véritables leviers. L’agriculture (7,4 % du PIB), l’industrie (25,5 %), les services (64,5%) ont largement bénéficié de l’ouverture du pays à l’économie mondialisée. 60 % de sa production agricole est réservée à l’exportation. L’Australie, les États-Unis et la Grande-Bretagne constituent le trio de tête des investisseurs étrangers, tandis que la Chine s’est affirmée ces dernières années comme son premier partenaire commercial.

PEUPLES

Si les Maoris (14,6 %) sont aujourd’hui minoritaires, il existe un réel métissage entre les Européens néo-zélandais (67,6 %), les Maoris et les îliens du Pacifique (6,9 %). Les populations asiatiques (9,2 %) qui se sont implantées plus récemment se regroupent essentiellement dans les métropoles. Auckland est une ville véritablement cosmopolite.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.