Le parc national Abel Tasman

11/10/2015

Des plages dorées succédant à des côtes de granite, des estuaires secrets et trois îles magiques (Tonga, Adele et Fisherman)… le plus petit parc national du pays (225 km2) est surtout connu pour son littoral que l’on déroule, bon pied bon œil, en suivant l’Abel-Tasman Track, en 3 à 4 jours de marche si on veut le faire dans son intégralité. Les eaux affectées au Tonga Island Marine Reserve sont peuplées de manchots bleus, du lilliputien manchot pygmée et d’otaries à fourrure dont les petits investissent le littoral entre décembre et janvier. Dans la forêt protégée des atteintes humaines depuis 1942, de nombreuses espèces endémiques retrouvent droit de cité. Le hêtre noir domine les crêtes tandis que dans les ravines et estuaires poussent quantité de plantes, habitats favoris des passereaux et des poules des marais.

Occupant cette riche et douce région depuis près de 500 ans, les Maoris accueillirent sans aménité le bateau d’Abel Tasman en 1642. Ce dernier, qui venait de découvrir la Tasmanie, préféra alors reprendre la mer sans voir l’isthme qui sépare les deux îles, franchi 130 ans plus tard par James Cook.

La Golden bay doit son nom à la ruée vers l’or de 1857 d’Aorere mais il se réfère plutôt aujourd’hui à l’anse de sable doré de Farewell Spit, une étonnante langue de sable qui gagne 100 m chaque année. La baie dont la forme ressemble à un bec de kiwi est connue pour sa montagne de marbre (Takaka Hill) et les sources de Waikoropupu Springs du parc national de Karuhangi. Dans les bassins irrigués par une eau douce d’une grande pureté, les plantes aquatiques prospèrent, faisant du site un lieu rare pour la plongée sous-marine.

La ville touristique de Nelson est le point de départ de la visite de cette région, son agitation tranche avec la tranquillité retrouvée dans les passes du détroit de Marlborough où s’imbriquent les criques, les baies et le port de Picton.

Le plus Comptoir des Voyages

L’exploration des lagons turquoise dans un kayak de mer, en compagnie d’un guide… et de quelques otaries.

Nous on adore

L’ambiance hippie du village de Takaka et les dunes sans fin de Golden Bay.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.