Ouvéa (îles Loyauté)

21/08/2017

Ouvéa baigne dans la même douceur de vivre qu’autrefois, miraculeusement préservé de l’agitation urbaine et du tourisme de masse.

D’Ouvéa, on connaît surtout l’interminable plage de sable blanc qui s’étire, immaculée, sur 25 km. On a bien souvent entendu ces noms mystiques — passe du Styx, passe du Taureau, passe du Requin. Ils évoquent, invoquent peut-être même, ces spots de plongée dont les promesses fabuleuses nous font ouvrir grand les yeux, ces spots de plongée stellaires concentrés dans une galaxie aigue-marine : les Pléiades.

Mais d’Ouvéa, on connaît moins les curiosités aquatiques. Le trou bleu de Hanawa, percé là où l’île est la moins large, comme si l’océan avait décidé de lui grignoter la moelle. Des parades de petits poissons multicolores se glissent dans les fissures du corail et animent cet aquarium géant. Non loin, le trou aux tortues, dissimulé sous le couvert de la végétation, mêle eau douce et eau salée. La légende raconte qu’un poulpe géant sommeille en son creux et s’agite le soir venu… Enfin, la nurserie aux requins voit revenir régulièrement les nageoires qui y sont nées, de passage pour y donner naissance à leur tour. Ouvrez l’œil, guettez l’effleurement des ailerons infantiles à la surface, le plus délicat des ballets marins.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.