La Nouvelle-Calédonie en 23 dates

05/08/2017

1100 av. J.-C.

Premières traces de présence humaine en Nouvelle-Calédonie, attestée par la poterie Lapita.   

1000

Apparition d’une société traditionnelle kanake.

1774

Le 4 septembre, James Cook aborde le nord de la Grande Terre. La vue des côtes lui rappelant celles de l’Écosse (Caledonia en latin), il nomme cette nouvelle terre « New Caledonia ».

1840-1843

Les premiers missionnaires protestants puis catholiques évangélisent la Nouvelle-Calédonie.

1853

Le 24 septembre, le Français Febvrier-Despointes prend officiellement possession de la Nouvelle-Calédonie et de ses dépendances.

1863

L’empereur Napoléon III fait de la Nouvelle-Calédonie un lieu de transportation. Les 250 premiers bagnards arrivent à Port de France (ancien nom de Nouméa) neuf mois plus tard.

1868

Première réserve indigène, délimitant les terres concédées aux natifs de Nouvelle-Calédonie.

1871

Après l’insurrection de la Commune de Paris, Louise Michel et Henri Rochefort sont déportés en Nouvelle-Calédonie.

1874

Début de l’exploitation du nickel, pour laquelle on recrute des travailleurs provenant des Nouvelles-Hébrides (actuel Vanuatu), du Japon, du Tonkin (Vietnam) et de Java (Indonésie).

1878

Le 23 juin, des guerriers kanaks, conduits par le chef Ataï, se lancent à l’attaque du poste militaire de La Foa. C’est le début d’une sanglante révolte, sévèrement réprimée.

1897-1903

Regroupement des tribus sur 10 % du territoire (grand cantonnement).

1914-1918

Les ravages de la Première Guerre mondiale sévissent aussi dans l’archipel. 382 des 900 tirailleurs kanaks partis combattre ne reviennent pas.

1931

111 Kanaks sont exhibés à l’Exposition coloniale de Paris et obligés de figurer des cannibales, notamment en mangeant de la viande crue.

1940

L’archipel se rallie à la France libre du général de Gaulle qui recrée le bataillon du Pacifique.

1942-1946

1 million d’Américains séjournent dans la colonie, devenue le centre du commandement interallié dans le Pacifique.

1946

La Nouvelle-Calédonie passe du statut de colonie à celui de TOM (Territoire d’outre-mer). Suppression de l’indigénat.

années 1960

La Nouvelle-Calédonie connaît une phase d’expansion économique exceptionnelle, appelée « boom du nickel ».

1984-1988

« Les Événements », période de troubles marquée par des violences et l’expulsion d’anti-indépendantistes.

1988

Accords de Matignon-Oudinot

1989

Jean-Marie Tjibaou, signataire des accords de Matignon, est assassiné par un indépendantiste opposant.

1990

Yann Arthus-Bertrand immortalise le cœur de Voh.

1998

Accords de Nouméa et inauguration du centre culturel Tjibaou, pôle de rayonnement de la culture kanak.

2011

La Nouvelle-Calédonie reçoit la 14e édition des Jeux du Pacifique, auxquels participent 22 pays.

Retour haut