12/07/2014

Capitale de la Vénétie, Venise est une ville inclassable. Entourée d’eau sur laquelle se reflète une lumière changeante, romantique ou nostalgique selon l’humeur, la Sérénissime fascine car elle incarne une certaine idée de la beauté. De Canaletto à Monet en passant par Turner, les artistes du XIXe siècle l’ont rendue célèbre.

Déclarée ville des amoureux, Venise peut aussi devenir un piège à touristes. Le Grand Canal et ses gondoles, le fameux pont du Rialto, la place Saint Marc, son palais des Doges et ses pigeons… Les éviter serait dommage mais pour en profiter, préférez les heures matinales ou tardives. Prenez des chemins de traverse dès que vous le pouvez.

À côté des grandes artères, Venise recèle d’innombrables petits canaux bordant des palais habités qui conduisent de campo en campo, presque tous dominé par une église. La Sérénissime en possède une centaine abritant de nombreux chefs d’œuvre de Tintoret ou de Tiepolo (ne manquez pas la petite église Santa Maria dei Miracoli, un bijou de la Renaissance).

Venise est aussi réputée pour ses musées et galeries parmi les plus prestigieux du monde, notamment le musée Guggenheim, la galerie dell'Accademia, la Ca' d'Oro, le Palais Grassi et la Punta della Dogana, entièrement dédiés aux collections d’art contemporain de François Pinault. L’un des grands plaisirs à Venise est de se balader en bateau d’îles en îles (près d’une centaine !).

Le dépaysement consiste à utiliser les vaporetti, véritables transports publics, pour se rendre sur l’île de San Giorgio Maggiore, sur la Giudecca, sans oublier Murano pour ses fameuses souffleries, Burano et le Lido qui accueille chaque année le festival de cinéma de Venise.

Le plus Comptoir des Voyages

Dormir dans le sestiere (quartier) de Cannaregio. Situé à la sortie de la gare Santa Lucia, ce quartier authentique abrite notamment la galerie de la Ca’d’Oro et le ghetto. Il regorge de petites places enchanteresses et d’artisans.

Nous on adore

Visiter la Scuola San Rocco, la chapelle Sixtine de Venise, équipée d’un miroir, pour ne pas se tordre le coup en admirant les plafonds du Tintoret. 

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.