11/07/2014

Un peu à l’écart des circuits touristiques, Bologne est une cité médiévale fascinante dont la renommée culturelle remonte au XIe siècle. Elle est surnommée la "Dotta" (la savante) car elle abrite une université qui, fondée en 1088, est donc la plus ancienne du monde occidental. Aujourd’hui encore, elle brille en Europe avec des professeurs comme Umberto Eco qui y enseigne la sémiotique.

Bologne doit également sa réputation à ses centaines d’arcades, formant un long ruban à travers la ville et à ses deux fameuses tours, Asinelli et Garisenda, presque aussi penchées que celle de Pise ! La piazza Maggiore est un bon point de départ pour entamer une visite du centre historique, sur lequel donnent le palais des Notaires, le palazzo della Podestà et le palazzo dei Banchi.

À côté, se trouvent l’imposante basilique San Petronio, la cathédrale San Pietro, et non loin, l’incontournable piazza del Nettuno dotée d’une somptueuse statue en bronze réalisée par Giambologna. Le clou de la visite est le complexe roman de Santo Stefano, composé de 7 églises, de chapelles et d’un monastère.

Le centre de Bologne est particulièrement intéressant car il a été restauré presque à l’identique dans les années 1960. À l’époque, la mairie était communiste et voulait y maintenir les classes populaires. D’ailleurs la capitale d’Emilie-Romagne est appelée la Rossa pour son engagement historiquement très à gauche, pas seulement pour ses toits en tuiles rouges.

Le troisième surnom de Bologne est la Grassa, tellement on y mange bien. Ne la quittez donc pas sans avoir dégusté ses tortellinis servis dans un bouillon de poule ou à la sauce bolognaise. Mais oubliez les fameux spaghettis, ils n’existent pas.

Le plus Comptoir des Voyages

Dormir à l’hôtel Porta San Mamolo, une adresse de charme à petit prix avec une ravissante cour arborée et une belle vue sur les toits rouges de Bologne.

Nous on adore

Se perdre sous les 37 km d’arcades de la ville, dont les plus anciennes datent du Moyen-Age !

Retour haut