Peuples et institutions

08/06/2017

politique

Plus de dix dans après l’accord de paix signé entre la guérilla maoïste et le gouvernement népalais, marquant la fin d’une décennie de guerre civile (1996-2006), le Népal poursuit ses efforts de réconciliation nationale et de stabilisation politique. La monarchie a été abolie en 2008 et le pays est déclaré république parlementaire de type fédéral. Mais il faut attendre 2015 pour que la Constitution soit promulguée. Des élections locales sont organisées en 2017, les premières depuis vingt ans. Le Premier ministre détient l’essentiel du pouvoir exécutif et l’assemblée constituante, composée de 601 membres, a la charge du pouvoir législatif.

économie

Croissance : 0,6 % (Banque mondiale, 2016)

Taux de chômage : 3,2 % (Banque mondiale, 2016)

Taux d’inflation : 7, 9 % (Banque mondiale, 2015)

Principal client : Inde (63,7 %) 

Secteurs d’activités dans le PIB : agriculture 31,7 % ; industrie 15,1 % ; services 53,2 % (DGT, 2015)

 Le Népal est un des pays les plus pauvres d’Asie. Son développement économique est entravé par de nombreux problèmes structurels, par exemple l’absence de ressources naturelles diversifiées et un secteur agricole archaïque. Ce dernier, qui emploie pourtant 80 % de la population, génère moins de 32 % du PIB. L’autre grosse faiblesse de l’économie népalaise est son extrêmement dépendance aux échanges avec l’Inde.

Le tremblement de terre de 2015 a encore fragilisé la situation économique du Népal. La croissance, de 2,3 % en 2015, s’est écroulée en 2016. L’aide internationale est essentielle au redémarrage du pays.

L’hydroélectrique et le tourisme sont deux secteurs à fort potentiel de développement.

peuples

La société népalaise se compose de quatre grands groupes de population.

Les Indo-Népalais, d’origine indo-européenne, sont hindous et parlent principalement le népali. Ils appartiennent au système des castes et sont répartis sur l’ensemble ou presque du territoire.

Les Tibéto-Népalais, d’origine mongoloïde, sont bouddhistes et de culture tibétaine. Ils sont répartis en plusieurs ethnies ayant chacune sa propre langue. C’est à ce groupe qu’appartient le peuple Sherpa, connu pour ses activités touristiques liées à la montagne. On compte aussi les Magars, les Gurungs et les Tamangs parmi les Tibéto-Népalais.

Les Newars, premiers habitants de la vallée de Katmandou, forment un groupe à part. Originellement bouddhistes de langue newari, ils ont adopté de nombreux éléments de la culture indienne, dont l’hindouisme et le système des castes. Leur culture, brillante, a une influence profonde sur le pays.

Enfin, le Népal abrite également des tribus indigènes, dont les Tharus, qui peuplent le Teraï, les Maithilis ou encore les Majhis.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.