Nos petits secrets à Rome et dans le Centre

16/08/2014

LES SITES ÉTRUSQUES

Peuple méconnu et mystérieux, les Etrusques ont été la première grande civilisation italienne entre le VIIIe et le IIIe siècle avant J.C. A l'ouest de Rome, la nécropole étrusque de Banditaccia (Cervetri) a été conçue comme une ville. Ses tombes, parfois imposantes, sont reliées entre elles par des ruelles et des places. À quelques kilomètres, la nécropole de Tarquinia est réputée pour ses peintures murales. À voir également, les sarcophages des Curunas à Tuscania près de Viterbe. Des nécropoles rupestres sont dispersées dans tout le Latium, souvent cachées sous la végétation.

LA VIA APPIA

C’est l’un des itinéraires incontournables d’un voyage à Rome. Au sud-est de la ville, derrière l’imposante porta San Sebastiano, commence la mythique via Appia Antica, construite au IVe siècle av. J.C. pour relier Rome à Brindisi. Un peu décevante dans les premiers mètres, elle se révèle être la “reine des routes“ une fois passés les tombeaux et les catacombes. Bordée de pins parasols et de cyprès, elle déroule ses pavés de basalte entre les prairies qui ont remplacé les immeubles. En été, le chant des grillons couvre totalement le bruit de la circulation… On se croirait à la campagne.

CIRCEO ET SABAUDIA

Hissé sur un éperon rocheux, San Felice Circeo domine les eaux scintillantes de la mer Tyrrhénienne, à 80 km au sud de Rome. Déjà colonisé par les Etrusques, ce petit village cossu, entouré d’une très ancienne muraille, abrite de belles maisons de vacances. Les Romains y viennent aussi à la journée pour profiter de la magnifique plage de Sabaudia, baignée par une eau translucide. Pasolini était sous le charme de ce lieu où il avait acheté une maison. Sabaudia et Circeo font partie d’un parc national, formé de dunes, de lacs et de collines, offrant de nombreux parcours de randonnée à pied ou à vélo.

LES ABRUZZES

On distingue les monts enneigés des Abruzzes du haut des collines romaines. Sauvages et abandonnées, leurs vallées regorgent de petits bourgs médiévaux comme Santo Stefano di Sessanio. Ce village a été entièrement ressuscité par un mécène italo-suédois, défenseur passionné des vieilles pierres. Avec des artisans locaux, il a transformé une partie du village en hôtel. Chaque chambre correspond à une ancienne maison restaurée à l’identique. Le résultat est saisissant. Éclairées à la lueur des bougies, elles semblent sorties d’un tableau de Caravage, la modernité en plus.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.