18/08/2014

Voilà 44 hectares totalement indépendants au cœur de Rome, la capitale italienne. Le Vatican est le plus petit Etat au monde, un univers à part, régi par des règles qui relèvent d’un autre temps. Il suffit d’observer les gardes suisses en habits Renaissance, hallebarde à la main pour s’en convaincre. Ils veillent sur la sécurité du pape que vous pourrez apercevoir à l’occasion de l’Angelus, prière qu’il prononce en public de sa fenêtre donnant sur la place Saint-Pierre tous les mercredis et dimanches midi.

Bordée de deux gigantesques colonnades surmontées de statues de saints, la place et son obélisque égyptien sont impressionnants. Construite à l’emplacement du tombeau de Pierre, la basilique de Saint-Pierre est un chef d’œuvre sur lequel se sont penchés tous les plus grands artistes de la Renaissance dont Raphaël, Perruzzi, Bernin, Michel-Ange qui réalisa la grande coupole…

L’intérieur est monumental avec de nombreuses sculptures et le tombeau de Saint-Pierre surmonté d’un baldaquin majestueux. Réputé pour être l’Etat le plus riche au monde, le Vatican possède onze musées, ce qui représente cinq galeries et 1 400 salles.

Les visiter exige de la patience mais la récompense est de taille. Après les deux grandes galeries du deuxième étage, où se trouvent notamment le musée Égyptien et le musée Étrusque, on accède aux appartements pontificaux avec les salles de Raphaël puis la fameuse Chapelle Sixtine où ont lieu les conclaves et les élections papales.

Restaurée il y a presque 10 ans, le Jugement Dernier resplendit de couleurs. La fresque de Michel Ange est d’une telle intensité qu’elle a tendance à éclipser les autres œuvres notamment les Botticelli et les Ghirlandaio, pourtant splendides !

Le plus Comptoir des Voyages

Le coupe-file pour la basilique Saint-Pierre et les musées qui permet de gagner des heures d’attente.

Nous on adore

La Galerie des Cartes, juste avant la chapelle Sixtine. Une quarantaine de fresques représentant dans un style très raffiné les régions d'Italie et les possessions de l'Eglise à la fin du XVIe siècle.

Retour haut