Le Kaokoland

07/08/2013

Pour tous ceux qui pensent que la Namibie est un plat pays, le Kaokoland (pays de Kaoko) sera un choc ! Certes, l’immensité du bush confirme à priori cette idée, mais les soudains enchevêtrements de montagnes zébrées du Kaokoveld (forêt de Kaoko) qui succèdent aux basses collines dolomitiques du sud, composent une toute autre idée du safari en Namibie tel que l'on se l'imagine habituellement.

Le Kaokoveld, fait de concrétions montagneuses désertiques, est considéré comme le territoire le plus sauvage de la Namibie. La savane est émaillée de bouquets de mopanes, des arbres endémiques d’Afrique Australe. Dans cet espace, vivent de nombreux troupeaux d’ongulés sauvages, mais surtout les rares rhinocéros noirs et de petits groupes d’éléphants du désert, accoutumés à creuser le lit des rivières asséchées pour s’abreuver. Sur le versant nord, les magnifiques plaines d’Hartmann et de Marienfluss, isolées, semblent tout droit sorties d’un monde parallèle, hors du temps.

La découverte de paysages totalement préservés s’enrichit ici de la rencontre avec une ethnie singulière, les Himbas. Ces éleveurs semi-nomades vivent là depuis près de quatre siècles en dépit d’un environnement pour le moins difficile, conservant un mode de vie pastoral qui n’a laissé aucune place au progrès technologique. Une vraie leçon de vie ! Les femmes himbas, très belles, enduisent leur peau nue et leurs cheveux de terre ocre mêlée à du beurre, par coquetterie mais aussi pour se protéger du soleil et des moustiques. Leurs bijoux, faits à partir de matériaux simples, sont d’une extrême sophistication.

Le plus Comptoir des Voyages

Dormir en camp de toile au bord du fleuve Kunene.

Nous on adore

Préférer aux villages himbas touristiques la découverte de petites villes hors circuit.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.