6 conseils pour se fondre dans le décor

18/07/2013
1

Savoir conduire sur pistes poussiéreuses

Ici, on roule à gauche ! Dans la mesure du possible, évitez de conduire la nuit, ne dépassez jamais les 80 km/h, aborder les virages avec prudence et ne gonflez pas trop vos pneus car ils gonflent avec l'échauffement. Quand vous croisez une autre voiture, ralentissez et allumez vos phares pour être plus visible dans le nuage de poussière ! Quoi qu’il arrive, prévoyez toujours d’arriver en milieu d’après-midi car, en cas de problème, un véhicule pourra vous secourir avant la tombée de la nuit. Mais, sachez qu'en traversant les quelque peu hostiles déserts du Kalahari et du Namib, vous ne croiserez pas grand monde, voire personne. Alors soyez prudent et n'oubliez pas de mettre dans le coffre de votre 4x4 au moins une roue de secours.

2

Adopter la bonne attitude dans le désert

Pour ne pas finir pétrifié comme les arbres fossiles du Damaraland, buvez beaucoup d’eau et prévoyez toujours quelques litres de secours dans votre véhicule. Ayez toujours des lunettes de soleil, un chapeau vissé sur la tête et un foulard que vous humidifierez régulièrement. Bien sûr, bannissez les sandales ; le sable brûlant et les bestioles sympathiques tels que les scorpions pourraient vous laisser de mauvais souvenirs. Adoptez plutôt des chaussures montantes. En plus d'une réserve d'eau, prévoyez aussi quelques victuailles... du biltong par exemple, ces lamelles de viandes séchées hyper protéinées et hautement énergétique.

3

Ne pas gâcher l'eau

La rareté de l´eau est un problème mondial, qui prend toute sa dimension en Namibie, un pays semi-désertique où l'eau est sacrée. Les récoltes de ces dernières années ont été particulièrement mauvaises, répondant à seulement 10 à 20 % des besoins alimentaires des familles et conduisant à des problèmes de malnutrition. Cela paraît évident mais, nous le précisons quand même, quelques réflexes doivent désormais faire partie du quotidien : préférer les douches aux bains, éviter le gaspillage comme de laisser couler l’eau quand vous vous lavez les dents, signaler les éventuelles fuites de robinet... Bref, prenez exemple sur la Welwitschia Mirabilis !

4

Réviser son allemand

S'offrir une bonne choucroute avec des saucisses de Francfort au beau milieu de la Namibie accompagnée d'une pinte de Weiss, avant de terminer ce "frugal" repas  par un apfelstrudel, un gâteau fourré aux pommes, raisins et noix, parfumé à la cannelle, et bien c’est possible… si, si ! Ne soyez pas étonné non plus par le nom de la plupart des villes et par leur architecture, héritage du passé colonial allemand et hollandais du pays : Swakopmund avec ses allures de cité bavaroise, Lüderitz et ses bâtiments colorés aux noms très germaniques, la capitale Windhoek et son église luthérienne, emblème de la ville. Jusqu'aux chevaux sauvages de Aus qui seraient les descendants d'équidés allemands.

5

Changer de régime

Amis végétariens, soyez prévenus, vous risquez d’être désappointés ! Les Namibiens sont de vrais carnivores à l’instar de leurs voisins sud-africains. Entre les boerewors (saucisses afrikaners), le biltong (viande séchée), les barbecues à base de viandes grillées de bœuf, koudou, oryx, springbok ou autruche, le potjiekos une sorte de ragoût viande-légumes, ou encore les Mopane Worms soit des grosses chenilles pour les plus téméraires, il est bien difficile de dénicher quelques légumes et autre tofu !

6

Reconnaître un rhino blanc d'un rhino noir

Le parc d’Etosha est réputé pour être l’un des derniers endroits où admirer les rhinocéros blancs sauvages.  Avant de vous venter d’en avoir croisé un, sachez au moins le reconnaître du noir. Le rhinocéros noir a une lèvre supérieure qui pointe en avant et un cou assez court (car il mange les feuilles des arbres) ; le rhinocéros blanc a une mâchoire plus large et un cou plus long pour pouvoir se pencher et brouter de l’herbe ! Mais tous les deux sont bel et bien gris.

Retour haut