À goûter, siroter…

01/03/2018

À table !

Le plat national : Au Monténégro, impossible d’échapper au Kacamak, sorte de purée à base de pommes de terre, de farine de maïs, de fromage et de lait. Après avoir cuit les pommes de terre dans de l’eau salée, on y ajoute la farine de maïs. Dans un autre récipient, on mélange le kajmak (crème caillée du lait) avec du fromage à pâte dure. Une fois les deux préparations mélangées, on obtient le fameux Kamacak

Les viandes : Cap sur la Podgorica pour goûter sa spécialité : les Popeci, des escalopes de veau ou de porc façon cordon bleu, farcies au fromage ou au kajmak et au jambon fumé. Dans les montagnes du nord on cuit les viandes « sous le sac ». Le sac est une sorte de capuchon métallique qui recouvre les viandes pendant la cuisson, leur permettant ainsi de garder toute leur saveur et leur jus. La viande d'agneau se prête idéalement à cette technique de cuisson, laissant un goût fondant inoubliable dans la bouche.

Les poissons : Le ragoût de poissons à la mode de Kotor est à base de sprats (un poisson proche du hareng) ou d’anchois. Dans ce ragoût succulent et relevé, les morceaux de poissons cuisent pendant deux bonnes heures en s’imprégnant de saveurs d’oignons, d’huile d’olive, de céleri, d’ail, de persil et de poivre rouge, le tout arrosé de vin blanc. Goûtez également à la carpe à la poêle. Elle s'accompagne d’une mixture subtilement équilibrée sucrée-salée de pommes, de coings, de prunes, de purée de tomate, de vinaigre, d’huile et de farine.

Les plats végétariens : L’Ajvar est une purée de poivrons rouges et d’aubergine, qui se déguste toute seule ou en accompagnement de nombreux plats. Préparée en masse à l’automne, l’Ajvar se conserve ensuite en bocaux et a donc le mérite de pouvoir s’exporter dans vos bagages !

La street food : Aux antipodes des plats qui demandent des heures de préparation, le burek est le véritable fast food du Monténégro et des Balkans ! Hérité de la cuisine de l’Empire Ottoman, le burek se trouve à chaque coin de rue. Constitués d’une superposition de fines couches de pâte filo, les bureks peuvent être fourrés au fromage, notamment à la feta ou au kajmak, aux pommes de terre, aux légumes ou à la viande hachée. Quel que soit son degré de faim, il est difficile de résister à la tentation d’un burek bien doré.

Les desserts : Les Priganice sont des petits beignets qui ressemblent à ceux de nos fêtes foraines (pâte à base de lait, de farine, d’œufs, d’huile et de levure) mais en beaucoup moins sucrés. D’ailleurs, ils se mangent aussi bien en entrée, accompagnés de fromage, qu’au dessert avec du miel, du sucre ou de la confiture. 

À boire !

Boissons chaudes : La café est très répandu. Ne vous attendez pas à un ristretto italien : il est toujours servi à la turque (turska kafa). Il s’offre à tout moment de la journée, y compris juste avant le repas.

Insolite : Si vous rencontrez un vieux chasseur ou un vieux berger, il vous proposera peut-être d’étancher votre soif en sirotant la sève de jeunes hêtres, bouleaux ou chênes chevelus... Jadis, bien des guerriers ont survécu dans les coins les plus reculés en en buvant.

Boissons alcoolisées : Les vins du pays sont tout à fait corrects, certains sont même délicieux. Essayez, parmi les rouges, le Vranac Pro Corde et, parmi les blancs, le Krstac, assez sec. Ils tiennent leurs noms de leurs cépages locaux respectifs.  Au Monténégro, on boit aussi beaucoup de bière, notamment la blonde Niksicko, qui est la bière nationale. Servie très fraîche, elle est légère et bien meilleur marché que les bières importées. 
Avant ou après le repas du soir, essayez le loza, qui fait la fierté du pays, ou l’une des innombrables et puissantes eaux-de-vie de fruits. L’incontournable rakije de raisin est offerte en signe de bienvenue à tout visiteur. 

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.