Nos petits secrets dans le Yucatan

13/09/2014

La réserve de biosphère de Calakmul

L’une des plus grandes cités mayas de l’âge classique (600-900 apr. J.-C.) n’a rien perdu de sa superbe. La plus grande pyramide du Mexique se dresse encore fièrement sur un espace dégagé, parsemé de centaines de stèles. Celle qui fut la rivale de Tikal au Guatemala montrait sa suprématie par un nombre considérable d’édifices (plus d’un millier) à l’architecture monumentale. Au cœur de la forêt, le site est aujourd’hui un biotope privilégié pour la faune sauvage.

La laguna Bacalar

Ce lac porte justement le surnom de lac aux 7 couleurs ou Cenote Azul. Long de 50 km, il communique avec la mer des Caraïbes par la baie de Chetumal. D’à peine 60 m de fond, abrité des caprices des courants, il est idéal pour la baignade ou la plongée. Son environnement de forêt tropicale en fait un site calme et paisible, d’où l’on peut visiter les vestiges mayas de Kohunlich tout proches, noyés sous la verdure. Voilà bien des raisons pour prolonger votre séjour du côté de la Laguna Bacalar.

La Isla Holbox

Au sommet de la péninsule du Yucatán, haut lieu des sports nautiques, Isla Holbox constitue une alternative aux stations du rivage caraïbe. L’ancien port de pêcheurs de requins, reconverti dans la pêche aux langoustes a banni la voiture de son périmètre. Dans une atmosphère détendue, piétons et cyclistes arpentent les longues plages de corail blanc, bordées de palmiers et cocotiers. Ses eaux couleurs de jade de décembre à avril sont calmes et parfaites pour la baignade. L’environnement préservé de l’île est un paradis pour les oiseaux migrateurs et les fonds marins accueillent de novembre à janvier les inoffensifs requins baleines, baleines et dauphins.

Celestun

Cerné de mangroves et percé de lagunes, Celestun constitue un biotope idéal pour les oiseaux. Dans cet exceptionnel sanctuaire naturel, les flamants roses se régalent des micro-organismes contenus dans les eaux fortement salées des lagunes ouvertes sur la mer des Caraïbes. Les migrateurs venus du continent nord-américain trouvent là une halte idéale. Les marais où pousse une foisonnante forêt de palétuviers abritent 234 espèces de mammifères dont le mythique ocelot. L’exploration de ce site d’exception se fait en barque.

Retour haut