4 conseils pour se fondre dans le décor

04/09/2014
1

passez une soirée à l’Arena Mexico

L’Arena Mexico, c’est le temple de la lucha libre, une forme de catch mexicain et une passion nationale. Mêlez-vous aux spectateurs et laissez-vous gagner par leur excitation au moment où s’allument les projecteurs annonçant l’arrivée des luchadores. Les règles sont relativement simples : réussir à immobiliser son adversaire ou le faire renoncer au combat. Tous les moyens sont bons pour arriver à ses fins : coups de pied, clés de bras… sans oublier l’usage des cordages du ring pour faire des sauts spectaculaires. Au fil du spectacle, vous vous surprendrez à encourager les Técnicos (les gentils), s’inspirant des super-héros de comics mexicains et à huer les affreux Rudos (les méchants). L’humiliation suprême pour ces «surhommes» est de se faire arracher leur masque, un trophée pour l’adversaire. Des masques que vous pourrez trouver dans n’importe quelle boutique et que vous pourrez ressortir lors de vos soirées déguisées. Succès garanti.

2

explorez les cénotes

Le cénote (du maya dz’onot, la « grotte avec eau ») sont des gouffres remplis d’eau douce. Pour les Mayas, ils étaient les portes ouvrant sur le Xibalbá (l’inframonde), et à ce titre, avaient été aménagés en lieu de culte. Aujourd’hui, vacanciers ou plongeurs expérimentés partent régulièrement à la recherche des cénotes du Yucatán. À votre tour ne manquez pas l’ambiance à la fois mystique et fantastique de ce monde de grottes aquatiques et de puits naturels. Nager dans une eau incroyablement claire et pure, sous un plafond de stalactites est une expérience incroyable. Les premiers des nombreux cénotes accessibles au public se trouvent près d’Akumal, à une centaine de kilomètres au sud de Cancún. Certains possèdent de petites cabines pour se changer, d’autres une simple plate-forme au bord de l’eau. Les plus fréquentés par les baigneurs sont en plein air, mais on peut aussi barboter à l’intérieur de cénotes enfouis sous terre.

3

fêtez les morts

Aux traditions aztèques, s’est greffée la fête catholique de la Toussaint. La fête des Morts (el Día de los Muertos) se célèbre chaque année du 31 octobre au 2 novembre. Dans les maisons, on fabrique de petits autels dédiés aux défunts. Pour guider les âmes, on trace un chemin de pétales de fleurs et de bougies depuis le cimetière –où les tombes ont été décorées– jusqu’au domicile. La Mort s’invite également dans les rues avec des concours de la meilleure Catrina, représentation de la Mort conçue par José Guadalupe Posada, et les défilés des calaveras (crânes). À cette occasion, on confectionne des squelettes en sucre et confiseries en forme de têtes de mort que l’on croque avec délice pour se souvenir que la mort n’est pas une fin amère mais une douce continuation du cycle de la vie. Si les festivités les plus célèbres du pays se tiennent à Pátzcuaro (Michoacán) et à Mixquic (près de Mexico), la fête des Morts a lieu dans tout le Mexique.

4

goûtez à la vie des haciendas

Ces grandes fermes coloniales, construites entre les xvie et xixe siècles, laissées à l’abandon en marge de l’histoire, parfois étouffées par les avancées de la forêt tropicale, ont été restaurées et transformées en hôtels de charme. À chacune sa singularité : labyrinthe de bâtisses colorées et de ruines sublimes pour la première ; atmosphère plus sacrée pour la deuxième, restaurée en suivant des techniques mises au point par les Mayas ; jardin botanique pour la troisième ; ambiance urbaine pour la quatrième, bâtie à quelques pas du centre historique d’une ville coloniale. Toutes sont l’occasion de revivre des pans de l’histoire du Mexique et de partir à la rencontre de son présent exploration des ruines de Chichén Itzá ou d’Uxmal ; lâcher prise dans un hamac suspendu à l’ombre des arbres ; pas de danse improvisés lors d’une vaquería à Mérida ; visite d’ateliers artisanaux à Izamal, la « ville jaune »…

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.