Rabat et Casablanca

19/06/2017

La capitale du Maroc n’occupe une place de premier plan que depuis peu. D’abord fortin almoravide (kasbah des Oudaïa), elle est brièvement élue par le calife Yacoub al-Mansour qui en fait l’avant-poste de la conquête de l’Espagne (XIIe siècle). De cette époque où elle devint Ribat El-Fath (le Camp de la Victoire en référence à la bataille d’Alarcos), elle conserve des remparts majestueux, témoins de l’ambition du calife, et la tour Hassan II, minaret d’une mosquée inachevée, un urbanisme enfin exemplaire des médinas du Maghreb (classée au patrimoine de l’Unesco).

Elle tombe ensuite dans l’oubli. Le renouveau économique viendra des réfugiés morisques chassés d’Al-Andalous au XVIIe s. Mais son activité principale demeure… la piraterie ! Ce n’est qu’en 1912 qu’elle prend le titre de capitale administrative du protectorat français. Hors les murailles historiques, la ville nouvelle est reconnaissable à ses larges avenues rectilignes et ses immeubles hispano-mauresques. Édifiée par les mêmes architectes (Prost et Écochard), elle trouve son équivalent à Casablanca.

Car les deux plus grandes villes du pays se répondent et s’interpellent. Historiquement, le même destin lié leur position atlantique. L’une ville de pirates, l’autre port marchand. Toutes deux dotées au XXe siècle d’une ville nouvelle, capable d’absorber par leur tracé les plus importantes mutations économiques et démographiques de toute l’histoire du Maroc.

Il ne faut pas chercher à Casablanca les vestiges d’une histoire ancienne, mais la démonstration d’une vitalité : des quartiers des années 30 de facture moderniste et Art-Déco comme le boulevard Mohammed V, le parc de la ligue Arabe et le quartier des Habous aux architectures futuristes avec les tours jumelles de Ricardo Boffil, il y a comme un souffle commun.

La très récente mosquée Hassan II se targue d’être le bâtiment religieux le plus grand au monde après La Mecque. Elle reprend certes les typologies classiques des mosquées, mais constitue une prouesse architecturale et technologique pour le XXIe siècle.

Le plus Comptoir des Voyages

Séjourner dans le riad Dar El Kebira dans la médina de Rabat. 

Nous on adore

Visiter la médina bleue de Salé.

 

Retour haut