Peuples et institutions

27/05/2017

Politique

Indépendante depuis 1964, et République démocratique depuis 1974, Malte est un jeune État qui fait partie de l’Union européenne depuis 2004. L’influence toujours importante de l’Eglise Catholique fait de Malte un État conservateur où le divorce n’est légal que depuis 2011 et où l’avortement est toujours interdit.

Le Président est élu pour cinq ans. Le Parlement unicaméral compte 65 députés élus pour cinq ans. La scène politique est dominée par deux principaux partis politiques : le parti travailliste (social démocrate) et le parti nationaliste (démocrate-chrétien). Après quinze ans de gouvernement nationaliste, le Parti travailliste a remporté les élections législatives de 2012, avec comme Premier ministre Joseph Muscat. L’archipel garde des liens privilégiés avec la Grande-Bretagne mais aussi avec l’Italie mais se donne une vocation méditerranéenne, à mi-chemin entre l’Europe et l’Afrique du Nord comme en témoigne notamment son intérêt pour le dialogue 5+5 et les institutions Euro-méditerranéens. De janvier à juin 2017, Malte préside le Conseil de l’Èurope.

Économie

Croissance : 6,3% (2015, Ministère des Affaires étrangères)
Taux de chômage : 5,3 % (2015, Ministère des Affaires étrangères)
Taux d’inflation : 1,4% (2015, Ministère des Affaires étrangères)

Relativement épargnée par la crise économique, l’économie maltaise se porte bien. Le niveau de chômage reste assez bas ; c’est le sixième taux le plus bas de chômage de l’UE (Eurostat). Avec des ressources naturelles limitées, Malte dépend des marchés étrangers pour ses besoins. De part sa proximité géographique et culturelle, l’Italie reste le premier partenaire commercial du pays. L’économie repose principalement sur les services financiers, la fabrication, les jeux en ligne et le secteur du tourisme qui reste le plus important (30% du PIB) pour compenser le déficit chronique des échanges de marchandises qui est en baisse selon la Commission européenne. L’emplacement stratégique de l’archipel, son économie de marché, sa main-d’œuvre productive, son faible impôt sur les sociétés comptent parmi ses points forts.

Peuple

Le peuple maltais résulte d’un grand brassage de cultures car l’archipel a été un lieu de passage et de conquête pour des nombreux peuples au carrefour de l’Europe et l’Afrique. On pense que les premiers habitants sont venus de Sicile. Les Maltais parlent la langue maltaise, une langue d’origine arabe écrite en alphabet latin. Le maltais est la langue nationale et la langue officielle au côté de l’anglais. Aujourd’hui la population est multilingue. Nombreux sont ceux qui parlent ou comprennent l’italien. Les études de langues sont favorisées. En matière de religion, la Constitution maltaise prévoit la liberté de culte mais le catholicisme romain est la religion d’Etat. Bien que la plupart des Maltais soient pratiquants, nombreux sont ceux qui aujourd’hui ne pratiquent pas ou adoptent d’autres styles de vie. Au XIXe siècle, beaucoup de Maltais ont migré vers l’Afrique du Nord et le Moyen Orient. Nombreux sont revenus, d’autres sont venus s’installer en France après la décolonisation. Dans les années 1960, après la Seconde Guerre mondiale, il y a eu une importante vague d’émigration (30% de la population) vers la l’Australie, la Grande-Bretagne, le Canada, et les États-Unis. L’émigration a considérablement diminué. Toutefois, depuis l’entrée de Malte en UE, des nombreux Maltais sont partis travailler à l’étranger, notamment en Belgique et au Luxembourg, mais aussi dans d’autres pays européens.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.