Nord de l’île

24/05/2017

Le patchwork de terres irriguées, de vallées et de petits villages agricoles comme Bidnija, Manikata et Mġarr est idéal pour la marche. Il donne à la côte nord de Malte un caractère sauvage et naturel contrastant avec l’aménagement touristique des stations balnéaires de Buġibba, Qawra et Saint Paul’s Bay. Le nom de Saint Paul’s Bay fait référence aux îles où l’on pense que le Saint aurait fait naufrage en arrivant à Malte. Plus loin, la ville de Mellieħa est juchée sur une colline dominant Mellieħa Bay, plus connue par les Maltais comme Għadira. Pour les adeptes du patrimoine religieux, le sanctuaire et la crypte de Notre Dame de Mellieħa sont des visites exceptionnelles.

Une route sinueuse conduit vers Għadira, la plus grande plage de sable de l’île où l'on peut pratiquer de nombreux sports nautiques. Pour se baigner l’été, mieux vaut y aller tôt le matin pour éviter les foules. Pour s’éloigner des masses et se baigner en toute tranquillité, rendez-vous plutôt à Selmun ou à Mistra Bay. Une série de tours érigées au XVIIe siècle, comme celles Selmun et de Sainte Agathe, bordent la côte Nord. De l’autre côté de la plage, à Mellieħa Bay, une réserve naturelle de 7 hectares bien protégée de tout urbanisme et composée de marais salants accueille environ 140 espèces d’oiseaux migrateurs et autres espèces protégés. Ce sanctuaire ornithologique très apprécié par les amoureux de la nature est ouvert de novembre à mai.

Sur la côte nord-ouest, trois plages au sable doré, séparées par des rochers argileux, sont idéales pour des baignades l’été ou des balades l’hiver. Malheureusement, des aménagements touristiques récents éclipsent un peu les caractéristiques sauvages de Golden Bay, la plus grande des trois. Sa petite jumelle, Għajn Tuffieħa a conservé sa tranquillité, tout comme Ġnejna Bay à laquelle on accède par la route de Mġarr ou, pour les aventureux, en grimpant la colline qui la sépare d’Għajn Tuffieħa. Il ne faut pas manque la visite du Majjistral History and Nature Park, une étendue protégée de 6 km de littoral où se rencontrent habitat naturel et terres cultivées mais aussi quelques sites archéologiques. Le parc organise plusieurs activités autour du développement durable et la protection de l’environnement.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.