À bouquiner, visionner...

17/04/2018

Pages malawites

I will try, de Legson Kayira (non traduit)

Sorti en 1965, ce roman est l’autobiographie de l’auteur qui a quitté pieds nus son village rural du Malawi à la fin des années 1950 pour se rendre aux États-Unis où il a ensuite étudié puis écrit d’autres romans. Un récit d’apprentissage, épique et émouvant.

The boy who harnessed the wind, de William Kamkwamba (non traduit)

Coup de cœur pour cet autre récit autobiographique publié en 2009. L’auteur, orphelin au début des années 2000 suite à une grave famine, raconte son combat pour construire une éolienne artisanale avec des vieux morceaux de vélo et du bois, afin d’apporter l’électricité dans son village. Il a depuis intégré une université américaine et reçu de nombreux dons pour son projet.

The Jive Talker or How to Get a British Passport, de Samson Kambalu (non traduit)

Originaire du Malawi et londonien d’adoption, cet artiste quadragénaire a publié en 2008 un récit sur sa jeunesse en Afrique qui questionne la mémoire et les racines.

Binti, une enfance dans la tourmente africaine, de Deborah Ellis (traduit chez Hachette Jeunesse).

L’histoire d’une jeune fille au Malawi qui perd ses parents du sida et apprend à survivre mais aussi à réfléchir et à grandir. Un beau roman d’apprentissage en Afrique.

Regards sur le Malawi

I am because we are, de Nathan Rissman

Documentaire produit par la chanteuse Madonna dont deux des enfants ont été adoptés au Malawi. Sorti en salle en 2009, il donne principalement la parole aux enfants souvent livrés à eux-mêmes et interroge aussi des personnalités publiques qui connaissent les enjeux du Malawi comme l’ex-Président Bill Clinton ou encore l’Archevêque Desmond Tutu.

Mercy’s Blessing, de May Taherzadeh

Un moyen métrage de 30 min, sorti en 2016, inspiré de faits réel. Le film interroge avec beaucoup de finesse sur le sort des filles au Malawi et sur l’importance de l’éducation dans un pays où 25 % d’entre elles terminent l’école primaire, seulement 3% finissent le secondaire et une fille sur deux est mariée alors qu’elle est encore une enfant…

Gabriel et la montagne, de Fellipe Barbosa

Film brésilien sorti en 2017 sur l’histoire vraie d’un jeune homme qui décide de faire le tour du monde avant d’intégrer une prestigieuse université américaine. Un périple, à la fin tragique, qui le conduira notamment sur les versants du mont Mulanje au Malawi. Un sujet proche de celui d’Into the wild. Belles images des sommets malawites.

Retour haut