Tioman, « l’île du Dragon »

06/01/2017

Côté sud, c’est la plus grande et la plus lointaine de la soixantaine d’îles qui s’égrènent tout le long de la côte orientale de la péninsule malaise. La légende raconte qu’une princesse dragon chinoise qui volait vers Singapour pour rendre visite à son prince s’accorda une pause dans les eaux cristallines de cette mer de Chine méridionale. Tombée sous le charme du coin, elle décida d’y rester et se réincarna en île. Tioman était née.

Moins romanesques, les géographes lui accordent pour leur part une origine volcanique. Après avoir été une escale sur la route des épices et un repaire de pirates, elle servit en 1958 de cadre au film américain South Pacific, où elle apparaît comme l’image même du paradis terrestre. Appâtés, des touristes commencent à y débarquer, happy few qui ont popularisé le mythe de l’île Dragon.

En grande partie protégée, Tioman n’a guère changé depuis : peu de goudron (l’île est sans voiture et on se déplace surtout en bateau), quelques villages aux maisons de bois, une forêt vierge luxuriante, des plages étincelantes et des massifs coralliens intacts peuplés de poissons multicolores. Évidemment, la plongée est à l’honneur ; au départ des îlots qui flottent autour de l’île principale, avec une bouteille ou en version snorkeling, la découverte est toujours éblouissante. Alternative : des treks dans la jungle à la recherche des perroquets à bosse, des macaques à longue queue, des écureuils volants et des varans géants… 

Le plus Comptoir des Voyages

Vous permettre de découvrir une île peu connue, car moins accessible.

Nous on adore

Le côté encore très préservé de cette île posée sur la mer de Chine.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.