Santé en Malaisie

26/12/2016

Vaccins obligatoires

Il n'y en a pas, sauf contre la fièvre jaune pour les voyageurs en provenance de pays infestés.

Paludisme

On devra partout mettre en application les mesures actives de prévention contre les piqûres de moustiques : répulsifs, vêtements couvrants, moustiquaires. Et ceci d'autant plus que ces mesures vous protégeront d'autres affections, en particulier la dengue. La prise d'un traitement par Atovaquone-Proguanil (Malarone ou un de ses génériques), Doxycycline ou méfloquine (Lariam), n'est justifiée pour les voyageurs qu'en cas de visite des parcs nationaux de la péninsule et dans les provinces du Sabah et du Sarawak sur l'île de Bornéo.

Vaccins conseillés

Comme pour tous les voyages, il est important d'être immunisé contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, la poliomyélite, l'hépatite A (risque alimentaire), l'hépatite B (risque sexuel et sanguin), la rougeole (pour les enfants). Et moins systématiquement, en fonction des risques personnels d'exposition, la typhoïde (risque alimentaire), la rage, pour les séjours aventureux et pour les résidents, surtout les enfants, l'encéphalite japonaise, la vaccination (à faire faire dans un centre de vaccinations internationales) concerne surtout les expatriés en zone rurale, mais elle doit aussi être conseillée aux voyageurs ayant une activité de plein air importante pendant les périodes de circulation du virus (nuits sous la tente, treks dans les rizières, pendant la mousson en particulier).

Autres risques

Reportez vous aux consignes de prévention des risques alimentaires, environnementaux et comportementaux. Sur les plages, aussi belles soient-elles, les risques existent : parasitaires ou traumatiques. Reportez-vous aux conseils sur les risques potentiels des mers chaudes et du soleil. En cas de plongée sous-marine, assurez-vous, avant tout, du professionnalisme de l'encadrement et de la fiabilité du matériel que vous allez utiliser. Sachez, enfin, ne pas choquer par votre tenue une population majoritairement musulmane.
Virus Zika : transmise par le même moustique que la dengue et le chikungunya, la maladie n'était pas considérée comme grave (fièvre, éruption cutanée, douleurs articulaires, guérissant en une huitaine de jours) jusqu'à l'apparition, lors de l'épidémie sévissant au Brésil, de lourdes complications neurologiques chez des nouveau-nés de mères ayant été en contact avec le virus Zika. Le risque de microcéphalies, source de lourds handicaps pour l'enfant, nous conduit, en accord avec les recommandations que vient de publier le Haut Conseil de Santé Publique, à conseiller aux femmes enceintes, en particulier en début de grossesse, de consulter leur médecin pour valider le projet de voyage.

Infrastructure

L'infrastructure médicale est satisfaisante dans la plupart des lieux touristiques et, en tous cas à Kuala-Lumpur. En cas de problème grave ,difficile à résoudre par l'intermédiaire de votre organisme d'assistance, vous pouvez prendre contact avec les services de l'Ambassade de France

Observations

Epizootie de grippe aviaire : vous pouvez obtenir tous les renseignements sur l'évolution de la situation en consultant le site du Ministère de la Santé www.sante.gouv.fr

Si, après leur lecture, vous n'avez pas trouvé réponse à toutes vos questions, vous pouvez les poser au docteur Adida : écrire au Docteur Michel Adida
Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.