Parc national de Batang Ai

02/01/2017

À la frontière de l’Indonésie, l’immense parc national de Batang Ai préserve la jungle primaire. Épaisse, vert émeraude, mystérieuse, elle est sillonnée de fleuves et de rivières qui permettent de rallier, à bord de pirogues motorisées, les villages du peuple Iban, la tribu majoritaire du Sarawak. Le bateau file sous la frondaison d’arbres gigantesques, les odeurs sont exaltées par l’humidité ambiante (proche de 100 %), la lumière tamisée par la densité de la végétation, on a vraiment l’impression de pénétrer dans un autre monde…

Les ancêtres des Iban ne pouvaient prendre femme qu’après avoir rapporté le crâne d’un ennemi, preuve de leur vaillance, mais cette époque est définitivement révolue et les anciens coupeurs de têtes mènent désormais une existence paisible au cœur de cette forêt vierge inexpugnable qu’ils ont su apprivoiser. Ils chassent, surveillent leurs plantations de cacaoyers et de poivriers, récoltent du bois… et réservent un accueil des plus chaleureux aux étrangers. Le Chef du village sacrifie volontiers un coq pour assurer le visiteur de passage de son amitié, les enfants sont rieurs, l’ambiance détendue… Le soir venu, tout le monde prend place sur la véranda de la maison longue, l’habitat traditionnel communautaire, et la fête commence ! Les crânes qui pendent du plafond ? Des reliques d’un autre temps. Chants et danses, tournées d’alcool de riz, échanges de menus cadeaux, la rencontre avec les Iban est l’un des temps forts d’un voyage à Bornéo

Le plus Comptoir des Voyages

Être hébergé dans un lodge situé dans un village Iban.

Nous on adore

Remonter la rivière serpentant au milieu d’une épaisse jungle au rythme des cris des calaos.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.