Nos coups de cœur à Bornéo

31/12/2016

Se régaler avec un laksa

Le laksa est une soupe de nouilles, plat très prisé en Asie du Sud-Est qui se décline en mille recettes en fonction des régions et… de l’humeur du chef. Au Sarawak, le laksa est assez épicé avec sa base de sambal belacan, le piment local, mêlé à de l’ail, du tamarin, du galanga (sorte de gingembre), de la citronnelle et du lait de coco. Le tout est garni de lanières d’omelette, de morceaux de poulet, de coriandre et (parfois) arrosé de citron vert. On en trouve partout en échange de quelques ringgits.

Saluer les orangs-outans

Semmengoh est un centre de réhabilitation pour les orangs-outans, espèce en voie de disparition. Il accueille notamment des orphelins, des rescapés de la déforestation et des victimes du braconnage. Les grands singes sont soignés et, en attendant de retrouver leur habitat naturel, laissés en semi-captivité et nourris deux fois par jour : ils dégringolent alors du haut des arbres pour se régaler de melons et de papayes sous l’œil ravi des visiteurs. Gare à votre appareil photo, l’animal est espiègle !

Observer les singes nasiques au parc national de Bako

Ouvert sur la mer de Chine, le parc national de Bako protège l’une des plus vieilles forêts du monde. Il est facilement accessible depuis Kuching. On y arrive en bateau, jolie balade le long d’une côte émaillée de calanques et de falaises, et on emprunte des sentiers de randonnées pour l’explorer. On peut y rencontrer des macaques à longue queue, des lézards géants, des cochons barbus et, surtout, des singes nasiques, une espèce endémique de Bornéo, qui doivent leur nom – vous l’aurez deviné - à leur appendice nasal protubérant.

Rencontrer les ethnies de Sarawak

La population native du Sarawak est constituée d’une vingtaine d’ethnies parlant autant de langues. Si les Iban (ou Dayaks de la Mer) sont majoritaires il existe aussi des Bidayuh et de plus petites minorités encore regroupées sous le nom de Orang Ulu. Ces peuples se partagent la forêt où ils vivent dans de longues maisons sur pilotis qui peuvent rassembler jusqu'à 80 familles. Chacune a son propre « appartement » mais fêtes et réunions se déroulent sous la véranda commune. Et la visite d’un étranger est toujours une bonne raison de faire la fête ! 

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.