Géographie et environnement

14/12/2016

géographie

Partageant des frontières avec la Thaïlande, Singapour, l’Indonésie et le Sultanat de Brunei, la Malaisie s’étend entre une péninsule rattachée au continent asiatique et les deux États de Sarawak et Sabah, situés au nord de l’île de Bornéo. La forêt occupe près de 60 % du territoire.

La péninsule (85 % de la population) est divisée du nord au sud par une longue chaîne montagneuse dont le point culminant (2187 mètres) est situé dans le parc national de Taman Negara, qui protège une vaste forêt primaire. Le nord (États de Perlis et Kedah) est le grenier à riz du pays. Plate et marécageuse, la côte ouest est la plus industrialisée tandis que la côte orientale, bordée de longues plages de sable, est plutôt agricole ; au large, un chapelet d’îles tropicales.

Côté Bornéo, la forêt tropicale sillonnée de rivières domine. C’est dans l’État de Sabah que se trouve la plus haute montagne du pays, le mont Kinabalu, à 4095 mètres.

faune et flore

Le climat équatorial de la Malaisie favorise une exceptionnelle biodiversité. On recense ainsi plus de 200 espèces de mammifères dont l’éléphant, le rhinocéros (en voie de disparition), le buffle, le sanglier, le tapir, l’ours, le tigre, l’orang-outan, le singe nasique de Bornéo…

Parmi les 450 sortes d’oiseaux, le calao est remarquable avec son énorme bec. Et aussi : 200 espèces de reptiles, 150 000 d’insectes ! Côté flore, on compte plus de 8000 espèces de plantes à fleurs, dont 800 d’orchidées, et 200 sortes de palmiers !

L’arbre tropical le plus haut de la planète, le tualang (80 mètres) et la plus grande fleur du monde, la rafflésie (jusqu’à un mètre de diamètre) se rencontrent dans les forêts malaises.

environnement

La jungle malaise est la plus ancienne forêt primaire de la planète. Elle couvre encore 18 % du territoire mais est menacée par la déforestation en raison de la surexploitation du bois et la plantation à grande échelle de palmiers à huile. Le développement économique rapide de ces vingt dernières années n’a pas été accompagné d’une véritable politique environnementale et la Malaisie a été beaucoup critiquée à cet égard.

Elle a pris conscience de l’importance de préserver sa nature prodigieuse et créé une vingtaine de parcs naturels, dont 2 sont classés au patrimoine de l’Unesco. De nombreuses espèces, dont le tigre malais, emblème du pays, l’orang outan ou le rhinocéros sont des espèces protégées. Il a aussi été décidé de stopper la plantation de palmiers à huile dans l’État de Sarawak afin que les populations indigènes puissent continuer à vivre dans leurs forêts. Il reste de gros efforts à faire en matière de traitements des eaux usées et de gestion des déchets mais une nouvelle dynamique a été enclenchée. 

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.