Porto Moniz

06/12/2017

Accessible par une route aussi magnifique qu’accidentée, quasiment sculptée dans la montagne d’où jaillissent par endroits des chutes d’eau, ce village à l’extrême nord-est de Madère est devenu en quelques années une station balnéaire convoitée. On vient à Porto Moniz pour se baigner dans ses fameuses piscines naturelles, des cuvettes creusées dans les rochers par la force des vagues. Si la nature est responsable du phénomène, l’homme l’a un peu aidé en aménageant les abords des piscines avec des solariums, des chaises longues et des parasols. La baignade, bien que fraîche (la température de l’eau dépasse rarement les 20°), est fantastique, offrant un contraste saisissant entre le bleu de l’eau et la roche noire volcanique. Par grand vent, les vagues peuvent dépasser les bords de la piscine et la baignade est alors interdite. Le reste du temps le site est sans danger.

Beaucoup d’hôtels et de restaurants ont été ouverts à Porto Moniz, sans pour autant dénaturer totalement le charme du village dont la partie haute est la plus jolie. Mais les amateurs d’authenticité préfèreront se poser à Seixal, petit port à une vingtaine de kilomètres de Porto Moniz. Sa plage de sable noire et sa piscine naturelle sont plus tranquilles que celles de sa voisine et ses alentours, moins construits, sont cernés de vignes en escaliers, bordées de murets en pierres. La région de Porto Moniz n’est pas seulement tournée vers la mer. À l’intérieur des terres, des vallées d’altitude, dont l’une des plus sauvages est la Ribeira da Janela, sont parsemées de sentiers de randonnée, alternant végétation exubérante, nimbée d’humidité, et beaux panoramas sur l’Atlantique.

Retour haut