Nos coups de cœur dans le Nord

06/12/2017

Ponta do Pargo

À la pointe occidentale de Madère, ce petit village doit son nom à l’abondance de pagres (poisson de la famille des daurades), à l’époque des premiers colons. Perché sur une falaise à 400 m au dessus de la mer, Ponta do Pargo mérite surtout le détour pour son phare, un peu en dessous du village, regardant l’Atlantique au sud et à l’ouest. Dominant des falaises vertigineuses battues par les vagues, le phare de Ponta do Pargo est un point d’observation fantastique des couchers de soleil. Pour profiter de la vue, faites une pause gourmande à la Casa de Cha O Fio, petit restaurant dans les hauteurs du village, dont la terrasse est posée sur un belvédère face à la mer. Les golfeurs apprécieront le 18 trous juste au dessus du phare, dessiné par le champion britannique Nick Faldo.

Laurisilva

Point fort d’un voyage à Madère, la Laurisilva est le nom d’une forêt humide subtropicale, dont les arbres dominants proviennent de la famille des lauracées. Il y a 40 millions d’années, cette forêt couvrait quasiment tout le sud de l’Europe. Aujourd’hui, il n’en reste que des vestiges, en particulier dans la région montagneuse du centre de Madère. C’est là qu'elle est la plus vaste et la mieux conservée. Inscrite au patrimoine de l'humanité par l'UNESCO, elle couvre près de 15 000 hectares. La meilleure façon de découvrir la Laurisilva est d’emprunter les sentiers de randonnées (il y en a pour tous les niveaux) qui suivent les levadas, ces canaux d’irrigation qui lézardent Madère du nord au sud. Vous entrerez alors dans un décor féérique, où les arbres et les plantes sont plongés dans une brume perpétuelle, formée par les nuages qui viennent de l'océan.

Levada 25 fontes

Au départ du hameau de Rabaçal, situé à 1000 m d’altitude sur la route centrale du nord-ouest de Madère, débute l’une des randonnées les plus connues de l’île (à éviter pour les claustrophobes car il faut traverser un long tunnel sombre et étroit). Elle doit son nom à la présence de 25 sources (elles sont en réalité moins nombreuses) qui alimentent une lagune, où les moins frileux pourront se baigner. Ces chutes d’eau cristallines sont nichées dans un magnifique décor de rochers entourés de végétation. Il faut compter 3 ou 4 heures aller/retour pour atteindre la lagoa da 25 fontes en traversant des paysages de toute beauté, où prédominent la bruyère et les fougères arborescentes. Les “bird watchers“ tenteront d’apercevoir le pigeon Trocaz, une espèce endémique de Madère qui vit dans cette partie de Madère.

Paul da Serra

À 1500 m d’altitude, au centre-ouest de Madère, ce plateau vallonné, qui signifie “marais de montagne“, a la particularité de retenir les eaux de pluie et d’abriter de nombreuses sources. C’est le le point de départ de plusieurs levadas et donc de randonnées. Traversé par une route qui réserve des panoramas spectaculaires sur les deux côtés de l’île, Paul da Serra alterne les étendues désolées et les prairies grasses où broutent vaches et moutons. L’absence de dénivelés en fait une région facile pour la marche, prisée par les Madériens le week-end. En juin, la « Festa da Tosquia », la fête de la tonte, est un rituel authentique et joyeux, à voir si vous êtes de passage sur l’île.

Retour haut