Diégo-Suarez

20/03/2013

À l’extrême Nord de Madagascar, sur le versant Est de la pointe de l’île, se trouve l’immense baie de Diégo-Suarez. Par sa taille (156 km de côtes), sa richesse naturelle et sa beauté, elle est souvent comparée avec la baie de Rio de Janeiro, au Brésil. La ressemblance est d’ailleurs frappante puisqu’elle possède, elle aussi, son propre "pain de sucre", appelé Nosy Lonjo, des rivages de sable blanc alternant avec des côtes rocheuses découpées et même un nom… portugais.

Mais Diégo-Suarez doit surtout son appartenance au "club des plus belles baies du monde" à ses qualités personnelles. La région est un condensé de l'île : lémuriens (20 espèces), forêts primaires, mangroves, savanes, tsingy, faune et flore foisonnante… tout y est !

La ville de Diégo-Suarez est la capitale de la région Nord-Est. Elle s’étend sur un promontoire rocheux qui s’avance dans les eaux de la baie. Cette ville de marins et de pêcheurs, cosmopolite et accueillante, charme par l’atmosphère surannée de ses vieilles maisons coloniales. Ce sont d’ailleurs deux navigateurs et colonisateurs portugais qui l’ont modestement baptisée de leurs propres noms au XVIe siècle. Dans les années 1960-1970, sous l’effet d’un retour au premier plan des cultures locales, les Malgaches l’ont rebaptisée Antisiranana.

Les deux appellations cohabitent pacifiquement aujourd’hui, tout comme les différentes populations. Qu’il soit Sakalava, Antankarana, Indien, Yéménite, Somalien, Chinois ou Bantou, le premier mot de votre interlocuteur sera surement "bienvenue" ou "tonga soa", comme on dit là-bas, dans le nord de Madagascar.

Le plus Comptoir des Voyages

Louer une 4L, symbole de Diégo-Suarez, rouler jusqu’au cap Miné puis emprunter, à pied, le sentier des Trois Baies. Sauvage et superbe.

Nous on adore

Le côté multiculturel de la ville où se côtoient églises et mosquées.

Retour haut