4 conseils pour se fondre dans le décor

19/09/2014
1

Visiter un temple ou une pagode

Pour entrer dans un temple ou une pagode, choisissez des vêtements couvrant les jambes et les épaules et veillez à vous déchausser. Il est recommandé de respecter le silence des lieux et de ne pas tourner le dos aux bouddhas, ni de les montrer du pied. À l’égard des bonzes, adoptez une attitude déférente et si vous êtes une femme, sachez que vous ne devez pas les toucher. Deux moments sont particulièrement envoûtants dans les temples : vers 17 h, à l’heure de la prière des moines et au moment du Tak Bat, la procession des moines venus recueillir les offrandes juste avant l’aube. Durant la cérémonie, conservez une attitude discrète et évitez tout contact physique avec les bonzes. Vous pouvez ou non choisir de faire une offrande. Le cas échéant, le mieux est d’acheter du riz au marché tôt le matin plutôt qu’aux revendeurs aux abords de la procession. 

2

Croire aux esprits

Au Laos, le culte des esprits, ou phi, est une survivance des croyances animistes, encore pratiqué chez les ethnies minoritaires. Les phi peuplent les montagnes, la terre, la forêt. Ils sont célébrés lors de la lunaison qui précède la saison des pluies, afin que les récoltes soient bonnes. Bien que condamné par le gouvernement, ce culte cohabite très bien avec le bouddhisme, comme en témoigne à Vientiane, le vat Si Muong et sa principale sculpture, le lak muong, esprit gardien de la ville. Les Laotiens possèdent trente-deux âmes ou khouane, qui ont tendance à se disperser et risquent de se faire absorber par les phi lors d’une maladie. Il existe donc une cérémonie de rappel des âmes, le baci. Elle est aujourd’hui surtout pratiquée à l’occasion des fêtes et grands événements familiaux. Sachez encore que les Laotiens, très superstitieux, consultent souvent les devins, qui peuvent être des bonzes, des ermites ou des médiums

3

Goûter au durian

Il existe en Asie un fruit qui est interdit de transports en commun, d’espaces publics et d’hôtels pour cause d’odeur insupportable, c’est le durian. Originaire de Malaisie et du Brunei, cette baie ovoïde recouverte d’une carapace de grosses épines, a conquis toute l’Asie du Sud-Est. Surnommé le « roi des fruits », le durian constitue un défi pour les odorats occidentaux. Odeur de camembert trop fait pour les uns, de vieille chaussette fourrée d’oignons moisis pour les autres, tous ceux qui s’en sont approchés s’accordent sur le fait qu’ils se souviendront longtemps de ce parfum lourd et entêtant. Et pourtant, sa texture crémeuse et son goût intense de noisettes en font un fruit consommé par beaucoup. Le durian entre même dans la composition de glaces et de friandises. Pour un voyage au pays des saveurs incongrues, surmontez vos appréhensions pour le goûter. Mais attention, associé à l’alcool, le durian est un poison violent… 

4

Tirer ou pointer

Quelque 9 000 kilomètres séparent Marseille de Vientiane, l’autre capitale de la pétanque. En effet, aussi surprenant que cela puisse paraître la pétanque, ou pétang, comme on l’appelle là-bas, est le sport national au Laos. Héritage de la présence française au Laos (1893-1954), la pétanque est pratiquée partout et par tous. N’importe quelle surface plane de sable ou de terre est investie à toute heure de la journée : salariés de retour d’une longue journée de travail, écoliers dans un jardin public, villageoises… La Beerlao a remplacé le pastis mais l’esprit et les règles sont identiques. Les joueurs peuvent placer leur boule au plus près du cochonnet (pointer) ou dégager la boule de leurs adversaires (tirer). Au moindre doute, un des joueurs ramasse une ou deux pailles qui traînent par terre, et les utilise pour mesurer les écarts entre les boules. Pour partager un moment très convivial, n’hésitez pas à vous joindre à une partie !

Retour haut