29/05/2014

Ville secrète cernée de coulées de lave, Saint-Philippe préserve plus que d’autres une forte identité créole. La présence tutélaire du piton de la Fournaise dont les flancs sont bordés d’une magnifique forêt primaire courant du littoral au volcan renforce encore son caractère réunionnais.

Premier terroir d’implantation des vacoas dont les racines aériennes apprécient les embruns salés, productrice de canne à sucre et de vanille, la région vit encore sur un tempo agricole et rural. Elle perpétue ainsi des activités artisanales ancestrales dont la fabrication d’huile essentielle de géranium, le miel ou le tressage de fibres de vacoas notamment grâce à l’association de formation des femmes sans emploi : Cass’ Le Coin à Basse-Vallée.

Sa gastronomie puise abondamment dans les ressources locales et vous pourrez déguster ici quelques spécialités liées à cette culture : “ le chou”, équivalent du cœur de palmier, prélevé sur les jeunes branches de vacoas, les “ pinpins ” (inflorescences de vacoas) préparés en gâteau, cake ou confiture.

Authentique et modeste, la ville se résume à un assemblage de case de bois “ sous tôle ” peintes de couleurs vive. La petite cité qui a vu le jour en 1750 a une histoire riche que l’on découvre au musée “Au Bon roi Louis”. L’histoire de Saint-Philippe, l’installation des premiers colons, le monde de la marine à voile, les éléments de la vie quotidienne y sont retracés. 

Le plus Comptoir des Voyages

Rencontrer les femmes de la coopérative de Saint-Philippe qui tressent le vacoas et faire la différence entre la tresse "à dents" et la tresse "coquille" ! 

Nous on adore

Se balader de Grand Coude aux cascades de Grand Galet et se baigner dans celle de Trou Noir en contrebas.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.