Quand partir à La Réunion ?

19/03/2014

LE CLIMAT À LA RÉUNION  

Baignée par les alizés et soumise à un climat tropical humide, l’île connaît des atmosphères contrastées en fonction de l’altitude et de l’exposition aux vents.

Hémisphère sud oblige, les saisons de la Réunion sont inversées par rapport à celles de la métropole.

L’été austral, de novembre à avril, est particulièrement chaud et humide. Les ciels souvent chargés de précipitations maintiennent en bord de mer des températures avoisinant les 34°C tandis qu’au-dessus de 2 000 m, la moyenne est de 14°C. Cyclones et pluies torrentielles se concentrent entre janvier et mars. Des dispositifs d’alertes sont mis en place et permettent de prendre les précautions nécessaires, au cas où…  Météo France point cyclone : 0 89765 01 01.

L’hiver austral, de mai à octobre, est à privilégier. L’air plus sec est balayé par les alizés d’est à sud-est. Les températures sont douces sur le littoral mais fraîches dans les terres, voire froides (0°C la nuit en altitude). Octobre et novembre sont les mois des floraisons. Les randonneurs apprécieront les ciels dégagés, la générosité luxuriante de la nature et les températures aimables.

LES POINTS FORTS DE CHAQUE SAISON

Durant l'été austral

Visiter les jardins en fleurs, manger des mangues, photographier les flamboyants, s’adonner aux activités en eaux vives comme le rafting et le canyoning, goûter au bichique et assister aux vendanges à Cilaos.

Durant l'hiver austral

Observer les baleines, goûter aux goyaves, faire le tour des distilleries, s’initier au surf ou au bodyboard, randonner dans les cirques et sur le volcan et pique-niquer au bord des rivières et des bassins d’eau douce.

NOTRE AGENDA RÉUNIONNAIS

Les fêtes chômées sont les mêmes qu’en France métropolitaine. L’histoire métissée de la Réunion se traduit aussi par de nombreuses rencontres festives où se mêlent événements religieux, païens, laïques et traditionnels. Sachez aussi que chaque fruit du travail de la terre est célébré comme il se doit. Typiquement créoles, simples et gaies, ces fêtes ont lieu sur les territoires de production. Vigne en janvier à Cilaos, goyaves en juin à la Plaine des Palmistes, vacoa en août à Saint-Philippecurcuma à la plaine des Grègues. Mais aussi miel, vigne, coco, chouchous (ailleurs appelées christophines), etc.

Nouvel An chinois : Nettoyage de la maison, règlement des affaires en cours, décorations joyeuses et bien sûr défilés de dragons et pétards... la communauté chinois voit les choses en grand à saint-Denis et Saint-Pierre. Il se tient entre la fin janvier et la mi-février.

Grand Boucan : Ce carnaval en l'honneur de l'éphémère roi Dodo (il est brûlé en fin de soirée !) se tient au mois de juin à Saint-Gilles-les-Bains. Si vous êtes dans le coin à cette époque, allez absolument y faire un tour pour admirer les chars et les déguisements avant les feux d'artifices.

Dipavali : La fête des Lumières est l'une des plus importantes pour la communauté tamoule, principalement à Saint-André.Les maisons sont illuminées, les femmes revêtent leurs plus beaux saris et tout le monde va dans les temples prier et faire des offrandes. une belle occasion de découvrir la population indienne de l'île et de goûter aux plates épicés. A lieu etre la mi-octobre et la mi-novembre.

Diagonale des Fous : Coeurs fragiles s'abstenir, cet ultra-trail est certainement l'un des plus durs au monde eu vue du parcours effectué : 150 km de Saint-Philippe à Saint-Denis avec plus de 9 000 mètres de dénivelé positif ! plus de la moitié des places est réservée aux habitants de l'île.

Toussaint : La fête des Morts, le 2 novembre, donne lieu à de grands rassemblements familiaux dans les cimetières. Les Réunionnais recouvrent les tombes de fleurs mais déposent aussi toutes sortes d'autres choses : bougies, nourritues diverses et même verres de rhum.

Anniversaire de l’abolition de l’esclavage : .“Nou y aim´ fé kabaré lo 20 decemb“ (“nous aimons faire cabaret le 20 décembre“). C’est dans une ambiance festive de concerts de rue et de défilés que la population réunionnaise toute entière commémore la fin de l’esclavage décrétée le 20 décembre 1848. 62 000 esclaves retrouvaient alors leur liberté.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.