27/03/2014

Entre Saint-Leu et Les Avirons, les escarpements des ravines, les champs de verdure, les pentes arides invitent à la rêverie. Située à la frontière entre l’Ouest et le Sud, la région hésite entre littoral et montagne. Sa façade maritime, large d’à peine 150 mètres, semble tournée vers la forêt de Tamarins, cryptomerias, fougères arborescentes, orchidées sauvages qui grimpent à l’assaut du Tévelave.

Tévelave, village perché à 950 m d’altitude, est la porte d’entrée de la grande forêt de Bois de couleurs des Hauts. Les amoureux des jardins sont comblés, avec la pépinière de l’Hibiscus et ses 600 m2 de plantes à fleurs, des sentiers botaniques et Ti caze créole, un jardin traditionnel. De ce promontoire, la vue sur le littoral est saisissante.

L’espace entre montagne et mer s’élargit à la Pointe au sel. Le site naturel bordé de côtes noires battues par des flots impétueux est occupé par des salines ouvertes en 1942 et un musée du sel. La configuration particulière des lieux a permis d’aménager bassins et cristalloirs en terrasse sur une langue de basalte.

Si aux Avirons, lieu bien nommé, les fabricants de rame de pirogue se font plus rares, à l’Étang-Salé-les-Bains, la population se consacre toujours à la fabrication des chaises cannées du “ Gol ” en bois tourné de filaos, et des chapeaux en fibres de latanier appelées “capelines”.

Les plages sauvages s’étirent le long de ce littoral minuscule. Le bassin Pirogue protégé par une barrière de corail est l’un des rares lieux où l’océan s’apaise. Plus loin, la falaise basaltique fracturée du Gouffre offre un point de vue dantesque sur la mer en furie.

Le plus Comptoir des Voyages

S’offrir un cours de cuisine créole chez Elourda. 

Nous on adore

Se balader dans la très belle forêt de Tévelave.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.