14/12/2015

C’est à son ouverture sur la mer d’Oman et à sa situation abritée que Cochin (Kochi depuis 1996) doit sa création, son cosmopolitisme, sa prospérité. Tout commence au XIVe siècle quand une crue balaie le port de Muziris et crée l’anse de Cochin. Les marchands juifs et musulmans qui y étaient installés depuis le Xe siècle aménagent alors un port sur la péninsule toute nouvelle de Mattanchery. Ils commercent en bonne intelligence avec les Chinois de la cour de Kublai Khan, importateurs des carrelets qui font aujourd’hui la une des images touristiques. C’est aux colons portugais du XVIe siècle que revient la construction du fort et de l’église Saint-Francis (1502), aux Hollandais du XVIIe siècle l’embellissement du palais du Raja et la restauration de la synagogue. Ces derniers cèdent en 1814 ce bout de terre aux Anglais auxquels l’histoire attribue l’essor du port, des entrepôts (Aspinwall, Crafters) et de la ville d’Ernakulam. L’île artificielle de Willingdon est élevée en 1920 avec les sédiments récoltés dans la baie.
Les témoins patrimoniaux se concentrent aujourd’hui à fort Cochin. Ils représentent tous les styles européens, du baroque (cathédrale Sainte-Croix) à l’architecture Cape Dutch (Old Harbour Hotel). Plus chic, tranquille voire bobo, l’enceinte historique abrite des hôtels de luxe et la plus grande biennale d’art contemporain de l’Inde ! Un détour par l’île de Bolghatty permet d’embrasser d’un seul regard cet espace où se côtoient mer et terre, porte-conteneurs et carrelets ancestraux, ville moderne et installations portuaires.

Le plus Comptoir des Voyages

Avec Nimmy, chef professionnel, et son mari Paul, préparer un délicieux repas traditionnel.

Nous on adore

Assister aux séances de maquillage qui précèdent une représentation de kathakali.

Retour haut