11/12/2015

De la cinquième plus grande ville au monde, le visiteur voit la portion congrue, façonnée par l’histoire, celle où patrimoine et modernité se conjuguent dans d’incessants contrastes. Bombay (Mumbai depuis 1995), la “maximum city” de l’écrivain Suketu Mehta étend ses terres bien au-delà de sa péninsule originelle.
La capitale du Maharashtra doit son essor fulgurant aux Anglais qui dès 1661 développent le commerce maritime dans cette bonne baie délaissée des Portugais. Sa situation géographique vaut que l’on s’y intéresse, le climat n’y est point trop mauvais, le port aménagé à grands frais. Deux révolutions industrielles à un siècle d’écart enracinent sa position de leader économique. L’une induite par la Couronne en 1850, l’autre par le tout jeune gouvernement indien en 1947.
La péninsule totalise à peine 4 km dans sa plus grande largeur. Au sud-est se côtoient deux témoins de l’époque coloniale aussi antinomiques qu’à leur création : la ville anglaise et la ville indienne. La colonie anglaise érige sa cité triomphante composée de moult monuments aux styles hybrides dits “indo-sarracéniques”. Ils sont les symboles du quartier du Fort, de Colaba ou Kala Ghoda et ceux d’une époque révolue. La gare Chhatrapati Shivaji (Victoria Terminus, inscrite au patrimoine de l’Unesco) ou le Prince of Wales Museum sont aujourd’hui dominés par les gratte-ciel dont l’architecture brutale et efficace satisfait aux besoins de la première place financière du pays. Dans la ville indienne, fruit également de la colonisation, les rues montrent une façade décrépie : immeubles bas et maisons étroites de style gujarati, temples, artisanat et petits commerces. Tandis que sur la façade ouest, s’étire la longue promenade de Marine Drive puis le quartier résidentiel VIP de Malabar Hill, imposants et modernes. Bien au-delà, les quartiers industriels et d’habitations, inaccessibles au commun des visiteurs, abritent près de 20 millions de personnes. 

Le plus Comptoir des Voyages

Accompagner les dabbawallahs dans leur tournée quotidienne de livraisons des repas.

Nous on adore

Faire le grand écart entre tradition britannique et hype indienne dans le quartier de Colaba.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.