Santé au Kenya

28/12/2015

Vaccins obligatoires

La vaccination contre la fièvre jaune n’est exigée à l’arrivée que pour les voyageurs ayant séjourné récemment (ou transité plus de 12 heures) dans l’un des 42 pays d’Afrique sub-saharienne ou d’Amérique du Sud où la maladie peut être présente (voir la carte de l’OMS dans les « news santé »). Quelle que soit la législation actuelle et hors contrindications évaluées par le médecin du centre agréé, la gravité de la fièvre jaune, mais aussi le risque « administratif », nous font recommander cette vaccination.

Paludisme

Le paludisme est présent dans tout le pays, dès lors qu'on est au-dessous de 1500 m (si on excepte le Tsavo, la majorité des parcs nationaux et des réserves sont situés à des altitudes voisines ou supérieures). En dehors des régions côtières, la prise de traitement préventif n'y est donc pas indispensable, à condition de mettre rigoureusement en application des mesures de prévention active contre les moustiques : répulsifs, vêtements couvrants, moustiquaires (qui protégeront aussi contre les autres insectes, vecteurs d'autres maladies : mouches, tiques, puces). Pour les séjours sur la côte de l'océan Indien, le traitement préventif recommandé sera Atovaquone-Proguanil (Malarone ou un de ses génériques), Doxycycline ou méfloquine (Lariam).

Vaccins conseillés

Diphtérie, tétanos et poliomyélite, Hépatites A et B, Coqueluche (dont la réapparition chez les adultes, même en France, justifie la vaccination pour tout voyage), rougeole pour les enfants. Pour les voyages longs et aventureux, la typhoïde et la rage, surtout chez les enfants.

Autres risques

Ils seront d'autant plus facilement limités que vous respecterez les consignes de prévention des risques alimentaires, environnementaux ou comportementaux exposés dans nos recommandations générales. L'insécurité est notoire en ville, où il est recommandé de ne pas sortir seul, surtout la nuit. Les flambées de violence politico-religieuse justifient que l’on se renseigne sur la situation auprès du ministère des affaires étrangères. L'Afrique de l'est étant l’une des régions du monde où le SIDA fait le plus de ravages, les « aventuriers » auront intérêt à situer leurs exploits sur d'autres terrains que le sexe. Risques liés à la randonnée en haute-montagne. La région présente des sommets culminant à des altitudes que l’on n’a pas coutume d’associer à l’Afrique : 5 200 m pour le mont Kenya, par exemple. Reportez vous au chapitre consacré à l´altitude et souvenez vous que, si vous n´êtes pas bien préparé et bien équipé, votre ascension sera plus pénible que plaisante. Vous devez avoir à l´esprit que, même si vous êtes près de l'équateur, vous êtes en haute montagne et qu'il y fait très froid la nuit (risque de gelures). Et que, parce que vous êtes près de l'équateur, le soleil « tape fort » (risque de brûlures solaires et d'ophtalmie des neiges). Risques liés à la plongée sous-marine : si le voyage se termine au bord de l´Océan indien, sur l’une des nombreuses plages de la côte ou des petites îles paradisiaques : attention aux risques de coups de soleil, de blessures (par coraux, coquillages, ou rochers, que vous préviendrez par le port de chaussures de bain ou de palmes) et de piqûres de méduse, de poisson ou d'oursin. Mais, surtout, vous allez avoir envie de découvrir (autrement que dans un bateau à fond de verre) les fabuleux fonds marins, leur flore et leur faune multicolores. Rappelons que la première des précautions est de ne pas plonger en l'absence de moniteurs spécialisés et de vérifier la fiabilité du matériel de location. Reportez-vous au chapitre concernant les risques des baignades et de la plongée dans nos recommandations.

Infrastructure

L'infrastructure sanitaire est dans l'ensemble satisfaisante au Kenya, surtout à Nairobi et à Mombasa. En cas de problème grave n'hésitez pas à contacter la société d'assistance auprès de laquelle vous avez souscrit votre contrat. Vous pouvez aussi contacter les services de l'ambassade de France.

Si, après leur lecture, vous n'avez pas trouvé réponse à toutes vos questions, vous pouvez les poser au docteur Adida : écrire au Docteur Michel Adida
Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.