13/06/2016

Tel un phénix, Tōkyō renait toujours de ses cendres pour élever de nouveaux temples. Peu importe qu’ils soient aujourd’hui dédiés à la consommation et aux loisirs, ils dotent la ville d’un perpétuel esprit de renouveau.

Voilà soixante ans que la ville se réinvente. Partout, le regard se confronte aux différents styles de l’architecture contemporaine. Des signatures renommées telles que Le Corbusier, Lloyd Wright, Kenzō, Tadao, Viñoly, Starck, Endō, Taikichirō élèvent des monuments de béton, de verre et d’acier aux formes improbables.

De fait, il ne reste presque rien de l’ancienne capitale laminée par les incendies et les bombardements américains en 1945. Le passé, qui émerge seulement à l’état de traces dans les murs de la ville se perpétue dans le savoir-vivre à la japonaise. La politesse, la discrétion, la persévérance (le ou la voie), l’art précieux du thé, celui de composer les plats ou de mettre en scène la nature en sont les manifestations les plus visibles.

En dépit d’une urbanisation galopante, les anciens villages qui composent Tōkyō évoluent sans renier leur identité. Akihabara le quartier commerçant du XVIIe s. est aujourd’hui le paradis du high-tech, Asakusa est un pôle culturel depuis le XIXe siècle, dans l’ancien repaire de débauche de Shinjuku, toute la jeunesse branchée se donne rendez-vous.

Éléments du patrimoine comme le sont pour nous les œuvres d’art, les jardins ne souffrent aucune innovation. Ils incarnent depuis des siècles l’art subtil de révéler la beauté de la nature sauvage en la domestiquant ! Du Koishikawa Kōraku-en florissant à l’impérial Shinjuku Gyo-en, des iris de juin du parc de Meiji-jingū aux mille espèces de plantes de Koishikawa Shokubutsu-en, en passant par les îles miniatures de Kiyosumi Tei-en… les amateurs seront comblés, les néophytes avertis ! 

Le plus Comptoir des Voyages

Tôt le matin, se rendre au marché aux poissons de Tsukiji, le plus grand d’Asie. Après avoir sélectionné les ingrédients, participer à un atelier consacré à la confection de sushis et savourer ses créations.

Nous on adore

Rejoindre l’île artificielle d’Odaiba au coucher du soleil, pour la vue panoramique sur la baie de Tōkyō.

Retour haut