Quand partir au Japon ?

01/06/2016

le climat au Japon 

Blocs de banquises égarés au nord d’Hokkaido, massifs coralliens au sud, le climat du Japon présente de nets contrastes dus à son étalement en latitude. Ces contrastes sont accrus par l’influence des Alpes japonaises qui se dressent au centre de l’île d’Honshū. Les vallées et plaines alluviales enchâssées dans un lacis de reliefs volcaniques connaissent des microclimats comme c’est le cas à Tōkyō où les précipitations sont déficitaires en hiver.

Globalement, lors d'un voyage au Japon, le voyageur intrépide appréciera les froids sibériens des versants ouest d’Hokkaido et d’Honshū entre décembre et février et les pluies tropicales d’Okinawa en mai et juin ! Les globe-trotteurs plus prudents préfèreront visiter le Sud au printemps et à l’automne, le Nord pourquoi pas au début de l’été, évitant du même coup la saison des typhons (août et septembre).

les points forts de chaque saison

au printemps

Durant le hanami, flâner sous les cerisiers en fleurs, regarder flotter les carpes en papier lors de la fête des Enfants (Kodomo no hi) le 5 mai, faire des emplettes au marché des artisans de Kyōto, mettre ses pas dans ceux des pèlerins de Shikoku.

en été

Réaliser l’ascension du mont Fuji, séjourner dans un ryokan et profiter de la fraîcheur des lieux, faire les soldes dans les magasins climatisés du quartier de Ginza à Tōkyō, assister aux nombreux feu d’artifice qui embrasent les nuits japonaises.

à l'automne

Admirer le flamboiement des momiji (érable) et les feuilles d’or des gingkos, participer au festival du Feu dans les montagnes de Kurama, assister au spectacle de danse des geishas à Kyōto, sillonner la campagne japonaise au moment des récoltes du riz, quand la vie bat son plein.

en hiver

Assister au tournoi de sumos qui se déroule tous les ans en janvier, skier dans les Alpes japonaises, visiter le musée mémorial de la paix à Hiroshima, se délasser dans les eaux chaudes et embrumées d’un onsen.

notre agenda au Japon

Si un jour férié tombe un dimanche, le lundi suivant est férié. Les Japonais adorent les fêtes religieuses et agraires (matsuri). Tout le folklore local est à l’occasion remis en scène. Les processions shintoïstes comprennent bien souvent des mikoshi (palanquins richement décorés) dont la légende dit qu’ils servent à la promenade des divinités. Les fêtes des morts bouddhistes (O-bon) constituent l’autre temps fort du calendrier des festivités.

Nouvel an : L’un des événements les plus importants de l’année qui a lieu partout au Japon du 1er janvier (férié) jusqu'au 3 janvier. Tout le monde se retrouve autour de plats symboliques comme la soupe « spécial nouvel-an » (légumes et mochi) ou soupe aux 7 herbes, et des plats soigneusement présentés dans des boîtes laquées. On joue en famille aux jeux traditionnels, on envoie ses cartes de vœux accompagnées d’un billet de loterie. Le 2 janvier, on calligraphie ses bonnes résolutions.

Toka Ebisu (fête du succès en affaires) : La déesse protectrice des affaires et de la pêche est honorée à cette occasion. Cette fête a lieue du 9 au 11 janvier au sanctuaire Imamiya Ebisu à Osaka et dans la région du Kansai. Le 9, on fête le « réveillon d’Ebisu ». Le 10, lors du spectaculaire défilé du Palanquin d’Osaka, les fukumusume distribuent des branches de bambou décorées d’amulettes. Le 11 enfin, est considéré comme le « dernier jour de la dernière chance » pour se rendre au sanctuaire.

Seijin-No-Hi : Les jeunes gens qui auront vingt ans dans l’année fêtent le jour de la Majorité. Une cérémonie est organisée dans les mairies. Elle a lieu le 2e lundi de janvier. Les élus dispensent alors des sermons sur la responsabilité et les devoirs qui incombent aux jeunes adultes. Après une visite au temple ou au sanctuaire, ils pourront fêter dignement l’événement.

Hinamasturi (fête des poupées ou des petites filles) : Les petites filles exposent sur un présentoir leur collection de poupées, représentations des personnages de la cour de Heian. Ces objets précieux et particuliers (avec lesquels on ne joue pas) sont transmis de génération en génération et se conservent à l’abri des outrages tout le reste de l’année. Cette fête se tient du 1er au 3 mars. Le 3, la collection est soigneusement rangée jusqu’à l’année suivante, sans quoi, selon la tradition populaire, la jeune fille de la maison ne trouvera pas de mari. 

Setsubun : La veille du premier jour de printemps, les Japonais ont coutume de lancer des graines de soja grillées à l’extérieur de la maison. Ils proclament alors : « Les démons à l’extérieur ! Le bonheur à l’intérieur ! ». Des spectacles sont organisés dans les sanctuaires shinto. Vous resterez en bonne santé une année entière si vous mangez autant de haricots que votre âge comporte d’années.

Hanami : Loin d’être anecdotique, la floraison des cerisiers en avril est une affaire de grande importance. L’agence météorologique nationale rend compte chaque jour de l’avancée du « front de la floraison ». Pour servir de repère, cinquante-neuf arbres témoins sont désignés sur tout le territoire. Ils donnent le signal du pic de floraison (80 % des fleurs sont écloses). Alors, unanimement, les Japonais s’égaient dans les parcs pour profiter de cette vision magique. Le pays tout entier semble avoir l’humeur aussi légère que les pétales des fleurs.

Komodo No Hi (fête des enfants ou des garçons) : Le pendant de la fête des petites filles. Cette fête chinoise, qui a lieu le 5 mai, est introduite au Japon au VIe siècle. Elle fut d’abord réservée aux enfants des samouraïs à qui l’on offrait ce jour-là des pièces d’armure. Cette tradition s’incarne aujourd’hui dans les samouraïs miniatures offerts pour l’occasion. On souhaite aux jeunes garçons d’être aussi forts que les carpes remontant les courants. C’est pourquoi des guirlandes de papier représentant le poisson légendaire sont suspendues dans les rues. 

Gion Matsuri : À Kyoto, voici une fête plus que millénaire, dont la première vocation est de repousser les dangers hors de la ville. Elle est avec les matsuri de Tenjin et Kanda, un rendez-vous incontournable. Les réjouissances durent trois jours pendant le mois de juillet, avec pour point d’orgue le Yamahoko Junkō, un défilé de chars, de tambours et gongs (Gion-bayashi). 

Festival des bateaux : Lors de ce festival millénaire à Osaka les 24 et 25 juillet, les bateaux (de l’esquif au yacht) croisent sur la rivière Dōjima transportant des effigies des divinités et de petites lanternes. Le défilé de personnages en costumes moyenâgeux est un autre temps fort du festival placé sous le patronage du sanctuaire Tenmangū.

Fête d'O-Bon : Autour du 15 août, pour accueillir les esprits des morts et le dieu des chemins, les Japonais retournent dans leur ville d’origine et embellissent les tombes de leurs ancêtres. Elle est avec le Nouvel an et le Golden week, une période traditionnelle de vacances. 

Anniversaire de l'empereur : Cette fête a lieu le jour de l’anniversaire de l’empereur en exercice, c'est à dire le 23 décembre. Le Palais impérial ouvre alors ses portes au public qui salue l’empereur à son balcon.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.