Nos petits secrets à Tokyo et dans les environs

09/06/2016

Hakone

La région des Cinq lacs (Fuji-Goko) ceinture la base du mont Fuji. À Ōwakudani (« vallée de la grande ébullition »), geysers et fumerolles composent un paysage lunaire quand les rives du lac d’Ashinoko paraissent tout au contraire verdoyantes et paisibles. De sa nature volcanique, les hommes tirent le meilleur : les bains (onsen) dans ces eaux sulfureuses, chaudes et réconfortantes. Trois musées jalonnent le parcours qui relie par train et funiculaire Tōgendai à Hakone : le musée de sculptures Chōkoku-no-mori connu pour ses pièces d’Henry Moore, un musée d’art traditionnel à Hakone et le musée des Beaux-Arts de Narukawa. Partout, la silhouette du mont Fuji s’impose dans sa majesté.

Le quartier de Harajuku

Entre Harajuku et Shibuya, l’ancien quartier de débauche de Yoyogi-kōen doit sa résurrection aux magasins de la tour 109 qui attirent en masse les adolescents. Tout commence dans les années 1970 avec l’installation des magasins de prêt-à-porter de luxe Seibu et Parco. Une jeunesse extravagante prend alors l’habitude de se montrer dans la rue Takeshita-dōri affublée de costumes extravagants. Ils inspirent les chasseurs de tendances qui en feront la mode de demain. Cette culture transgressive née dans les années 1990 se voulait pourtant un signe de la résistance à la consommation de masse.

Croisière sur le fleuve Sumida 

Lorsque vous voyagez au Japon, voir Tōkyō depuis le fleuve Sumida en révèle la trame. La succession des quartiers, les alignements de skyline, les douze ponts comme autant d’œuvres d’art, les digues monumentales composent un paysage moderne, propre à cette ville qui s’est reconstruite en moins d’un demi-siècle. Edo, l’ancienne Tōkyō était indissociable de son fleuve, puis la ville lui a tourné le dos, l’endiguement de certaines berges précipitant sa désaffection. Réhabilitées et végétalisées, les berges sont à nouveau investies. Les « terrasses » de Sumida forment aujourd’hui de longues voies piétonnes très appréciées des Tokyoïtes. 

Les quartiers de Yanaka & Nezu

Regroupés sous le nom de Yanesen (Yanaka, Nesu, Sendagi), ce quartier historique est l’un des plus pittoresques de Tōkyō. L’effet est parfaitement travaillé, les rues commerçantes (dont la réputée Yanaka Ginza) tirant leur fierté de leurs bicoques de guingois et temples shinto. Marchands de biscuits à la farine de blé et fabricants de papiers fantaisie y font commerce depuis le XIXe siècle. Tout le monde se retrouve au cimetière de Yanaka quand fleurissent les cerisiers (fin mars-début avril), ou dans le parc de Nezu pour la floraison des azalées.

Retour haut