L'environnement en Italie

31/01/2019

L’Italie, terre de paradoxes. D’une part, le pays a déployé des moyens sans précédents en matière de protection de l’environnement. Et les résultats sont là. Mais d’autre part, quinze des trente villes européennes les plus polluées sont italiennes ! 

Un patrimoine naturel exceptionnel

La péninsule abrite 54 sites naturels inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco (record mondial !) et possède aussi de nombreuses zones protégées rattachées au réseau européen Natura 2000. Son climat, sa situation géographique et ses nombreux kilomètres de côtes font de l’Italie une formidable place forte où les richesses naturelle et culturelle se côtoient.

Les défis environnementaux

Reine des disparités, l’Italie connaît plusieurs problématiques selon ses régions. Une des plus remarquables est la médiocre qualité de l’air de ses grandes villes de la moitié nord. Le trafic routier intense en fait un des principaux émetteurs en dioxyde de carbone (12e au classement mondial). 

La gestion des déchets dans les métropoles reste lacunaire avec de nombreuses décharges sauvages, des déchets municipaux trop nombreux et leur trafic organisé par les groupes de mafia. Dans les régions méridionales, les infrastructures de gestion des eaux usées sont souvent vétustes. Les sols et les nappes phréatiques sont largement surexploités et l’érosion est une menace de plus en plus pressante.

Enfin, les écosystèmes du nord et du centre de l’Italie sont fragilisés et subissent une pression constante causée par la forte densité de population et une activité agricole et industrielle intense.

Belles avancées écologiques

Le tableau n’est cependant pas si noir, car l’Italie occupe en 2016 la 29e place sur 90 pays au classement des performances des politiques contre le changement climatique. Le pays a renforcé sa politique écologique.

En 2010, la péninsule enregistre une des plus fortes réductions d’émissions de polluants atmosphériques locaux et son niveau d’émissions était inférieur de 6,2 % à celui de 1990. En outre, la qualité des cours d’eau s’améliore.

Les municipalités ont pris à bras le corps le problème des déchets et on constate actuellement une nette diminution des quantités traitées et des décharges sauvages. L’État italien lutte activement contre le trafic de déchets avec une brigade dédiée.

Les PME italiennes, très lourd levier de l’économie, investissent de manière croissante dans la protection de l’environnement et les énergies renouvelables. L’Italie est d’ailleurs un des meilleurs élèves au monde en termes d’investissement, d’emploi et de chiffre d’affaires dans le secteur. En 2013, les énergies renouvelables représentent 13 % du total des énergies consommées.

Retour haut