Où partir en Islande ?

Premiers pas en Islande

Pour une palette complète des paysages islandais, commencez par la région de Reykjavík et le sud de l’Islande. De sables noirs en icebergs veinés de gris et de bleus, et de cicatrices laissées par la tectonique des plaques en fumées crachées par les sols, vous en prendrez plein les yeux.

À ne pas manquer

Reykjavík : Ne vous fiez pas à ses maisonnettes aux toits colorés, Reykjavík est bien une capitale, et l’une des plus animées d’Europe. À pied, passez d'échoppes vintage en musée, de bonnes tables en bonne musique et de lumières de la ville en aurores boréales.

Le Blue Lagoon : Pour faire taire le blues de la fin de votre voyage, rien de tel que de barboter dans les eaux laiteuses du Blue Lagoon. Leur température moyenne de 39 °C et leur richesses en minéraux en font l’un des lieux les plus populaires de l’Islande.

Le Cercle d’Or : La faille de Þingvellir, la cascade Gulfoss et Geysir sont les principales étapes jalonnant l’itinéraire du Cercle d’Or. Une journée suffit à découvrir ces sites.

Une étape à Jökulsárlón : Joyau du parc national de Vatnajökull parsemé d’icebergs, la lagune glaciaire de Jökulsárlón est l’un des décors favoris des cinéastes. De James Bond à Batman, en passant par bollywood, on ne compte plus les scènes tournées là-bas.

De fjords en péninsules

Le nord de l’Islande alterne fjords et péninsules. Dans les fjords de l’Ouest, on passe de falaises abritant des milliers d’oiseaux à des sources d’eau chaude naturelles. À l’est, les fjords les plus connus ont pour nom Eskifjördur, Seydisfjördur ou encore Vopnafjördur.

À ne pas manquer

Le lac Mývatn : Son nom, « lac des mouches » en islandais, pourrait en décourager plus d’un. Pourtant, cette région concentre les phénomènes volcaniques les plus spectaculaires. Champs de lave, marmites de boue et fumerolles racontent une histoire géologique encore récente.

Les chutes Dettifoss : On dit qu’elles sont les plus belles de l’Islande. Hautes de 45 mètres et larges de 100, elles sont en tout cas les plus impressionnantes.

La péninsule de Snæfellsnes : C’est dans la péninsule de Snæfellsnes que Jules Verne situe son passage vers le centre de la Terre. Comme les héros de son roman, découvrez cette terre sauvage et ses champs de lave.

Les falaises de Látrabjarg : Le rendez-vous des ornithologues amateurs ou aguerris. Ces falaises hautes de 440 mètres abritent en effet d’innombrables colonies d’oiseau. On y aperçoit notamment l’irrésistible bouille ronde du macareux.

Un voyage intérieur

On s’attendrait presque à voir surgir le scaphandre d’un astronaute ! Les vastes étendues désertiques des Hautes Terres rappellent en effet le sol lunaire et ses innombrables cratères. Recouvertes de glaciers, de champs de lave et de sables volcaniques, elles ne sont accessibles qu’en été, à pied ou en véhicule tout-terrain.

À ne pas manquer

Le Landmannalaugar : On ne présente plus ce site dont les sources chaudes et les massifs rhyolitiques multicolores ont fait la renomnée.

Retour haut