À bouquiner, visionner...

27/12/2015

James Joyce reste l’auteur emblématique de la littérature et de la poésie irlandaises. Outre son œuvre majeure Ulysse, c’est dans Les Gens de Dublin  et Finnegans Wake qu’on retrouve le mieux l’identité irlandaise. Il reste un auteur assez difficile à lire surtout dans ses traductions en français.

Toutes les formes artistiques sont bien évidemment marquées par le long et sanglant conflit anglo-irlandais. Biographie de personnage clefs, destins brisés d’anonymes des deux bords, déchirures familiales sont autant de sujet que l’on peut retrouver.

Côté livre :
  Mon Traître et Retour à Killybegs de Sorj Chalandon
     Les Fantômes de Belfast de Stuart Neville
     On the Brinks de Sam Millar
     La Maison du splendide isolement de Edna O’Brien
Côté film :
     Au Nom du Père de Jim Sheridan (1993)
     Michael Collins de Neil Jordan (1996)
     Le Vent se lève de Ken Loach (2006)
     Five Minutes of Heaven de Oliver Hirschbiegel (2009)

Autre thème de prédilection, les questions familiales, le poids de la tradition religieuse et la rigidité des structures sociales.

Côté livre :
     Les Cendres d’Angela de Frank McCourt
     Sang impur d’Hugo Hamilton
     Chimères de Nuala O'Faolain
Côté film :
    Magdalene Sisters de Peter Mullan (2001)
    Evelyn de Bruce Beresford (2002)
    Philomena de Stephen Frears (2014)

Enfin, un peu plus de légèreté avec côté littérature du polar (un genre où les auteurs contemporains irlandais excellent) et des comédies sur l’écran.

Côté livre :
     Petits Romans noirs irlandais de Peter Haining
     Les Disparus de Dublin de Benjamin Black
Côté film :
     The Commitments d’Alan Parker (1991)
     L’Irlandais de Brendan Gleeson (2011)

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.