Quand partir en Iran ?

04/12/2016

Immense pays, l’Iran bénéficie d’une grande variété de climats variant avec l’altitude et les saisons. Un plateau montagneux en partie désertique encadré de montagnes occupe la majorité du territoire, bordé au nord par la mer Caspienne et au sud par le golfe Persique. Cette géographie contrastée influe sur les climats : continental avec des hivers rudes et des étés chauds dans le nord, subtropical sur les rives de la Caspienne, humide et chaud voire torride en été dans l’extrême sud où les hivers sont en revanche très doux. Les amplitudes thermiques sont importantes, atteignant parfois 40° d’une région à l’autre ! Le printemps et l’automne sont les saisons les plus agréables pour envisager un voyage mais on peut visiter l’Iran toute l’année.  

Les points forts de chaque saison

Au printemps

De mars à juin, les températures sont douces partout et les journées largement ensoleillées. Le premier jour du printemps correspond à la plus grande fête iranienne : Norouz, le Nouvel An perse. Les festivités durent 13 jours et coïncident avec des vacances, l’occasion de découvrir Téhéran libérée de ses embouteillages ! C’est la saison de la floraison des roses dont le parfum délicat embaume les merveilleux jardins persans; la région de Kashan consacre même un festival à cette fleur cultivée depuis l’Antiquité. Dans le Nord, les sommets des montagnes sont encore enneigés pour le plus grand bonheur des photographes. 

Été

 Il fait chaud, très chaud même, mais il y a beaucoup moins de monde sur les sites, un vrai plus ! La période est idéale pour randonner dans les montagnes du nord-ouest du pays ou faire comme les Iraniens et aller prendre le « frais » sur les bords de la mer Caspienne. Du 23 au 26 juillet, le monastère arménien de Saint-Thaddée s’anime le temps d’un grand pèlerinage. La saison invite à tester l’efficacité des Tours du vent de Yazd, qui ventilent les maisons et les gardent fraîches sans les inconvénients d’une climatisation outrancière.

Automne

Avec le printemps, l’automne est l’autre saison idéale pour voyager en Iran, avec des températures moyennes de 25° entre septembre et novembre. Comme chez nous, les parcs et les forêts se parent de couleurs flamboyantes. C’est la période de la récolte de la grenade, « fruit du paradis » que l’on retrouve sur les étals des marchés. Après Norouz, Mehrgan est la deuxième plus grande fête de la Perse antique, célébrée en octobre par les zoroastriens. L’Iran est le premier producteur mondial de safran, une plante qui fleurit en automne : durant une quinzaine de jours, les champs du plateau iranien se couvrent d’une délicate couleur mauve. 

Hiver

Il fait froid dans le nord et le nord-ouest mais les lumières sont très pures et les sites peu fréquentés. Dans le centre et le sud (Yazd, Ispahan, Shiraz…), les températures sont très agréables durant la journée. Les sportifs iront faire du ski dans les montagnes au nord de Téhéran. Le désert est particulièrement accueillant à cette saison, même si les températures chutent la nuit. C’est la période idéale pour voyager dans l’extrême sud du pays, notamment sur la côte et dans les îles du golfe persique. 

 

Quelques dates festives

 Tchar Sanbé Souri : le dernier mercredi de l’année, est pour les Iraniens l’équivalent de notre Saint-Jean avec des feux de bois allumés dans les parcs et sur les places publiques pour que l’on saute par-dessus, des pétards, des feux d’artifice … Cette coutume d’origine zoroastrienne symbolise le renouveau.

Norouz : célébrée le 20 ou le 21 mars, elle est la plus grande fête du calendrier iranien. C’est le Nouvel An perse. La tradition veut qu’on dresse une table avec les haft sin, le sept « s », sept aliments symboliques sont les noms commencent par la lettre « s ». Les festivités durent 13 jours que l’on utilise pour visiter voisins, famille et amis.

Sizdah Bédar : le 13e jour de la nouvelle année, marque la fin des vacances de Norouz. Les familles se réunissent autour d’un pique-nique dans la nature pour conjurer les mauvais augures associés au nombre 13.

Shab-e Yalda : le solstice d’hiver, est la fête de la naissance, célébrée en famille en mangeant des grenades et des fruits secs.  

Dahéyé Fadj : ou les dix jours de l’aube, du 1er au 10 février, célèbrent le retour d’exil et la prise de pouvoir de l’ayatollah Khomeini, en 1979. Le 11 février, est la fête nationale.

Anniversaire de la mort de l’ayatollah Khomeini : le 3 juin 1989, avec des processions jusqu’à son mausolée, dans la banlieue de Téhéran, et des commémorations dans l’ensemble du pays.

Anniversaire de Hezbat Fatemeh : la fille du prophète, le 20 octobre. Par extension, c’est la fête des mères et la journée de la femme. Celles-ci se rassemblent, une rose à la main.

Ghadir-é Khomé : à date variable car dépendant du calendrier lunaire, c’est une fête importante pour les Chiites qui commémorent le dernier pèlerinage du Prophète à la Mecque, où il désigna Ali comme son successeur.

Achoura et Tassoua : les 9e et 10e jours du mois lunaire de Moharram marquent l’anniversaire du martyre de l’imam Hossein : processions d’hommes aux rythmes de percussions, mises en scène de la passion des martyrs et chants religieux dans les mosquées, ce sont des journées de deuil et tout est fermé en Iran.

Ramadan : le mois de jeûne s’achève par la grande fête du Fetr, entre prières et distribution de gâteaux. 

Retour haut