Yaiza (Lanzarote)

13/07/2016

En 1402, la première colonie européenne des îles Canaries s’installe à Yaiza appelée alors El Rubicón. Un littoral parfait, des terres nourricières, une position aisée pour circuler d’une île à l’autre: le lieu ne manque pas d’atouts. Mis à part la présence de volcans dont les éruptions modèlent le paysage. La cohabitation perdure en dépit de l’activité magmatique. Le village est à l’abri et depuis 1824 les dieux souterrains semblent moins prompts à enrager. Les cultures de fruits et légumes sur cette terre volcanique prospèrent tandis que les vignes de la région de La Geria s’éparpillent dans les zocos, murets circulaires créés pour conserver l’humidité ambiante. Un parc naturel protège ce patrimoine.

Le littoral comprend quelques incontournables comme la plage Dorada de Playa Blanca ou Puerto Calero, la plage Quemada et anses de Papagayo. Les salines de Janubio construites dans des lagunes naturelles déploient une palette changeante et magique de couleurs. Conservées grâce à l’aide de l’Union européenne, elles bordent un vaste lac et incluent une plage dédiée au kite-surf.

Dans les montagnes, le parc national de Timanfaya a été l’enfant chéri de César Manrique qui en est le parrain. Ces 51 km2 de pierres volcaniques sont le résultat de la vague d’éruptions qui secouèrent l’île dans les années 1730. Malpaís omniprésent, phénomènes géologiques, cratères colorés avaient de quoi fasciner l’artiste du land-art amoureux de son pays.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.