Nos coups de cœur dans les îles orientales

13/07/2016

Île de la Graciosa (Lanzarote)

 « Il y a le ciel, le soleil et la mer » ; il y a le ciel, la roche et la terre… la rengaine n’a rien de suranné sur l’île de la Graciosa. Délicat confetti de 27 km2, bordé de plages aux roches multicolores, dépourvu de réseaux routiers (la voiture est interdite), peuplée par seulement 600 habitants aux discrètes et élégantes maisons blanches. Le long des chemins de sable, on se promène à pied ou en VTT avant de se baigner dans une mer juste parfaite. L’île compte deux localités : la station balnéaire de Pedro Barba et le village de pêcheur de Caleta de Sabo (navette maritime depuis Orzóla).

Parc de Timanfaya (Lanzarote)

 La géomorphologie de Timanfaya est unique : cônes volcaniques, coulées de lave, geysers et sources bouillonnantes, pans végétaux couvert d’euphorbes, plages de sable noir, lac de cratère verdoyant de l’hydrovolcan El Golfo forment un chaos minéral où vivent de nombreuses espèces animales rares. Du belvédère naturel de Montaña Rajada, la vue sur les reliefs s’étend jusqu’au littoral. La route des volcans propose un parcours de 14 km, mais il est possible également de réaliser une ascension du volcan à dos de chameau.

Parc naturel Jandia (Fuerteventura)

 Un détour sur la péninsule de Jandia s’impose à tous les amoureux de l’avifaune et des paysages sauvages. Ce parc naturel couvert de dunes âpres est le refuge d’une multitude d’espèces migratrices ou endémiques dont le vautour percnoptère. Non loin, la plage de Cofete aux confins de l’île, jaillit d’un paysage rocailleux. Les teintes changeantes de ses sables, la violence des eaux qui se réservent aux surfeurs expérimentés, sa solitude même en font un lieu à part dans la palette des plages de Fuerteventura.

Montagne de Tindaya (Fuerteventura)

Le mont formé de trachyte est le résultat de l’érosion qui déchiquète les roches plus fragiles du massif volcanique de Betancuria depuis 5 millions d’années. Sa forme en cône renversée et sa présence magistrale dans la plaine ont marqué l’esprit des Guanches. Ses pans fertiles, quand ailleurs règne la sécheresse, la nature étrange de sa roche, son élévation… tout concourait à en faire un lieu sacré. Ce que révèlent près de 300 pétroglyphes (podomorphes), des habitations troglodytiques et une nécropole. Les gravures en forme de pieds humains sont tous orientées vers l’ouest, en direction du pic du Teide de Tenerife (siège du dieu volcan, Guayote). 

Retour haut