Nos coups de cœur dans les îles capitales

13/07/2016

La Orotava (Tenerife)

La commune très étendue détient un joyau architectural : le quartier de “La Villa” nanti de palais Renaissance, baroques ou coloniaux, d’un jardin botanique, de nombreuses églises aux influences européennes et byzantines, des musées historiques de qualité. Certaines des plus belles demeures privées ont été reconverties en boutique, galerie ou restaurant. Le musée des Arts ibéroaméricains de Tenerife, celui de las Alfombras ou la Casa de Los Balcones se consacrent aux divers arts populaires de l’île. Autour de ce centre historique se déploie une vaste zone urbanisée où chaque quartier possède son caractère et ses lieux de convivialité. La Orotava est une porte d’entrée du parc national du Teide.

Maspalomas (Gran Canaria)

Depuis Las Palmas, la route qui mène aux dunes de Maspalomas est ponctuée de merveilles naturelles ou savamment entretenues par l’homme. Le jardin botanique Viera y Clavijo constitue le plus grand jardin botanique d’Espagne, il abrite un vaste échantillon de la flore des îles de la Macaronésie. Toute l’histoire des Canaries semble contenue entre les sites préhistoriques troglodytiques de Cuatro Puertas, du Barranco de Guayadeque et le patrimoine médiéval d’Agüimes (1487). Son histoire géologique se dessine, quant à elle, dans la réserve naturelle des dunes de Maspalomas dont le mouvement et la texture évoluent sans cesse. La protection s’étend sur le lac lagunaire de Charca, paradis des oiseaux migrateurs, la palmeraie du Palmeral et la plage Inglés.

Parc du Teide (Tenerife)

 Tirant son nom du stratovolcan dont le cône domine toute l’île (3e structure volcanique la plus haute au monde), le parc national du Teide inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco couvre des territoires chaotiques aux escarpements brutaux, aux crêtes érodées et paysages lunaires. La végétation s’y répartit en fonction des altitudes et des versants, multipliant les surprises dans ces espaces a priori hostiles à la vie. Une vaste forêt canarienne occupe les versants de ce massif volcanique, né il y a à peine 150 000 ans et culminant à 3 718 m mais comptabilisant 7 500 m depuis le fond des océans ! Un amas de nuages semble occuper sempiternellement le fond du ciel créant mille et un jeux de lumière uniques à ce lieu.Pour s’informer : Centre des visiteurs d’El Portillo à l’intersection des TF-24 et TF-21. Rejoindre de préférence le parc par la TF-24 partant de La Laguna. La route ménage de beaux panoramas.

Agaete (Gran Canaria)

À l’ouest de Las Palmas, Agaete et sa région occupent une zone désertique peuplée de cactus et de palmiers. Le village lui même semble tout droit sorti d’un western mexicain ! Le jardin botanique El Huerto de las Flores ponctue de verdure la visite entre les bâtiments néoclassiques et les façades immaculées des maisons modestes. À quelques encablures, le charme du port de las Nieves fait contraste. Dans les terres, le parc naturel de Tamadaba inclut le massif éponyme, les falaises de l’Adén Verde et les versants de Guayedra. La pinède y est intacte, habitat naturel du pic à tête rouge et du pinson bleu qui y a été réintroduit.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.